Serge Postigo signe une version québécoise de Mary Poppins vivante, colorée et impressionnante.

Pas évident de ne pas souffrir de la comparaison avec Julie Andrews quand on reprend l’iconique rôle de Mary Poppins, mais Joëlle Lanctôt – qu’on avait découverte et adorée dans la peau de Rizzo dans Grease l’été dernier – relève le défi haut la main sur la scène du théâtre Saint-Denis, où la célèbre comédie musicale est présentée dans le cadre du Festival Juste pour rire. Pour reprendre les mots de la nounou qu’elle incarne, sa Mary Poppins est «pratiquement parfaite, en tout point», que ce soit le jeu juste assez insolent mais jamais cabotin et, bien sûr, son chant irréprochable.

Joëlle Lanctôt est donc une des principales raisons du succès de Mary Poppins mais pas la seule. Le metteur en scène Serge Postigo signe ici une des productions musicales les plus impressionnantes qu’on ait pu voir à Juste pour rire ces dernières années, entre autres en ce qui concerne la mise en scène vivante et colorée, les ingénieux changements de décor et les effets visuels impressionnants – les envolées de Mary Poppins avec son parapluie ne décevront personne!

Plusieurs numéros de chant et de danse sont carrément époustouflants : essayez seulement de ne pas fredonner «Supercalifragilisticexpialidocieux» avec la bande ou de ne pas taper du pied pendant Juste à temps, la danse des ramoneurs! Toutefois, l’exubérance de l’ensemble donne parfois lieu à des moments cacophoniques où l’orchestre enterre les voix des comédiens. On soulignera aussi que si la première partie du spectacle est à ce point rythmée qu’on ne la sent pas passer, celle d’après l’entracte comprend quelques scènes qui s’étirent un peu trop et font quelque peu perdre le rythme que l’ensemble avait acquis jusque-là.

On a vanté Joëlle Lanctôt, mais on ne pourrait passer sous silence son excellent partenaire, le chanteur Jean-François Poulin, qui interprète Bert le ramoneur (incarné par Dick Van Dyke dans le film de 1964) avec énergie et conviction. Si le sympathique René Simard, qui interprète Mr. Banks – le père froid qui néglige ses enfants au profit de son travail –, est bien entendu davantage chanteur qu’acteur, son jeu ne jure pas trop avec celui du reste de la distribution, comme ç’a été le cas dans ce genre de spectacle par le passé.

Mary Poppins sera sur la scène du Théâtre St-Denis jusqu’au 28 juillet. Hâtez-vous avant que le vent ne l’emmène au loin!

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!