Graham Hughes Graham Hughes / La Presse Canadienne

MONTRÉAL — Shea Weber n’est pas encore arrivé au camp d’entraînement du Canadien, ce qui ne devrait plus tarder maintenant que la Coupe du monde de hockey est terminée, tandis que les Russes Andrei Markov et Alexei Emelin viennent à peine de se rapporter à Michel Therrien. Ces absences ont permis à des membres de la brigade défensive de se mettre en évidence depuis le début du camp d’entraînement.

Jeudi soir, dans la défaite de 4-3 en prolongation face aux Sénateurs d’Ottawa, le jeune Mikhail Sergachev et Zach Redmond, acquis via le marché des joueurs autonomes en juillet, ne sont pas passés inaperçus. Ce fut particulièrement vrai dans le cas de Sergachev, dont l’assurance et le sang-froid en ont impressionné plus d’un.

Deux soirs plus tôt, Nathan Beaulieu et Greg Pateryn s’étaient attirés des éloges après avoir totalisé sept points et passé chacun près de 26 minutes sur la patinoire. Et sans être aussi productifs à l’attaque jeudi soir, Beaulieu et Pateryn ont de nouveau vu beaucoup d’action et donné l’impression qu’ils pourraient former un tandem de qualité, à cause de leur style opposé qui semble bien se compléter.

Pateryn, d’ailleurs, représente peut-être la plus belle surprise depuis le début des rencontres préparatoires. Encore jeudi, il a fait sentir sa présence sur le plan physique avec quatre mises en échec. Et lorsqu’il est envoyé dans la mêlée, on voit un défenseur qui a pris de l’assurance, même quand vient le temps d’appuyer l’attaque.

«Chaque année, j’essaie de m’améliorer et cet été, j’ai le sentiment d’avoir beaucoup progressé. On espère que ce sont des choses qui ne passent pas inaperçues, et j’essaie d’envoyer un message à chaque match auquel je participe», avait déclaré Pateryn après sa performance de trois points contre les Capitals de Washington, mardi.

«Avec Greg, on connaît tous son jeu physique. C’est difficile de jouer contre lui et il est solide. Dans son cas, l’expérience amène de la confiance. Quand tu t’habitues à la ligue, tu trouves que le jeu se passe moins vite devant toi qu’à tes débuts. Il a appris beaucoup et nous espèrons qu’il continuera dans cette direction», avait lui même noté l’entraîneur-chef Michel Therrien.

Malgré l’absence de vétérans comme Weber, Markov et Emelin, les défenseurs de l’équipe ont joué de façon hermétique depuis le début du camp et donné que très peu de bonnes occasions de marquer à leurs rivaux. Au fil de leurs trois premières rencontres, la défensive du Tricolore n’a alloué que 65 tirs, incluant une seule période de jeu avec plus de dix tirs.

Et lors de ces trois mêmes matchs, les défenseurs ont contribué à l’offensive montréalaise avec une récolte de près de 40 tirs et 11 points.

Avec encore quatre rencontres préparatoires à disputer, dont deux en autant de jours à Ottawa samedi après-midi et à Toronto le lendemain soir, Therrien et l’état-major du Canadien font face à un joli problème alors qu’ils devront décider s’ils gardent sept ou huit défenseurs en vue du match d’ouverture, le 13 octobre à Buffalo.

Aussi dans Canadien de Montréal :

Dû à un problème technique relié à la publication de publicités sur notre site web, nous avons temporairement désactivé la zone de commentaires sur le site web. En attendant que le problème soit réglé, nous invitons les lecteurs à faire leurs commentaires via notre page Facebook, soit directement sur notre mur, ou en message privé. Merci de votre compréhension et merci de nous lire!