Graham Hughes Graham Hughes / La Presse Canadienne

MONTRÉAL — Max Pacioretty s’est retrouvé avec de nouveaux coéquipiers de trio mercredi soir à Brooklyn, et à l’écouter parler après la victoire du Canadien contre le Lightning de Tampa Bay jeudi soir, il espère demeurer auprès d’eux aussi longtemps que possible.

Auteur du but victorieux à mi-chemin de la troisième période, le capitaine du Canadien a maintes fois lancé des fleurs à David Desharnais et à Andrew Shaw après le match.

«Tout le monde veut jouer avec un gars comme ‘Shawzy’, parce qu’il vous rend la tâche plus facile. C’est la même chose avec David, a déclaré Pacioretty.

«Lorsqu’un joueur connaît son rôle, qu’il est heureux dans son rôle et qu’il veut vous simplifier la vie en jouant ce rôle, c’est un signe qu’il s’agit d’un grand coéquipier et quelqu’un avec lequel vous voulez jouer», a renchéri Pacioretty.

Selon le capitaine du Tricolore, il existe aussi une ambiance au sein de l’équipe qui fait en sorte que les joueurs sont capables de s’exprimer et de se dire les choses telles qu’elles le sont.

«Nous avons bien joué, mais ce n’est pas encore parfait et c’est une bonne chose, dans un sens parce que nous visons à devenir meilleurs chaque jour.

«Entre nous, nous sommes honnêtes et il n’y a pas de gros égos dans ce vestiaire. Nous savons ce qu’il faut faire pour nous améliorer et nous sommes capables de nous le dire sans que personne ne devienne frustré ou mécontent. Selon moi, pouvoir maintenir cette camaraderie est l’élément le plus important d’une équipe. On pouvait sentir cette confiance dans le vestiaire avant le début de la troisième période. Ce ne sera peut-être pas toujours comme ça, mais ce fut le cas ce soir (jeudi).»

Par ailleurs, le match de jeudi a aussi permis de voir Alex Galchenyuk et Alexander Radulov évoluer ensemble, et l’expérience pourrait bien se répéter.

«On tirait de l’arrière et on a mis les morceaux du casse-tête en place pour essayer de réaliser un retour, et ça s’est avéré payant, a déclaré l’entraîneur-chef Michel Therrien. J’ai aimé ce que j’ai vu d’eux. Que ce soit à cinq contre cinq ou en avantage numérique, ils ont fait de belles choses.»

Aussi dans Canadien de Montréal :

blog comments powered by Disqus