Graham Hughes Graham Hughes / La Presse Canadienne

BROSSARD, Qc — Comme les bonnes nouvelles viennent rarement seules — surtout chez le Canadien de Montréal — tout n’est pas parfait au sein de l’équipe.

Le décevant rendement offensif du centre Tomas Plekanec semble inquiéter un certain nombre de partisans. Mais on ne peut en dire autant de Michel Therrien ni du principal intéressé.

Mercredi soir, lors du passage des Canucks de Vancouver au Centre Bell, Plekanec cherchera à faire vibrer les cordages pour la première fois de la jeune saison. Reconnu pour ses solides débuts de saison, le Tchèque de 34 ans a été limité à trois points en neuf rencontres jusqu’à maintenant, dont deux lors du match du 20 octobre contre les Coyotes de l’Arizona.

En fait, Plekanec n’a pas noirci la feuille de pointage à ses cinq dernières rencontres, même s’il a passé en moyenne plus de 17 minutes sur la patinoire lors de ces matchs. Mais la mission qu’il doit remplir soir après soir demeure vitale, a souligné Therrien.

Face aux Canucks, il sera vraisemblablement envoyé sur la glace pour enrayer les efforts du centre Henrik Sedin.

«Dans le cas de Tomas, il a un rôle très important au sein de notre équipe. Il joue pratiquement tous les matchs, pratiquement toutes ses présences contre les meilleurs trios adverses, ce qui est un défi énorme. C’est sa première responsabilité, a d’abord expliqué l’entraîneur-chef du Tricolore.

«C’est sûr que tu voudrais voir tes joueurs récompensés par des buts et des points. C’est normal. Le joueur aussi. Lors du dernier match, son trio a eu des chances de qualité mais malheureusement, il n’a pas réussi à s’inscrire au pointage. Aussi longtemps que les chances sont là, c’est un bon signe», a également fait remarquer Therrien.

Lors de sa rencontre avec les journalistes, Therrien a réitéré toute sa confiance envers Plekanec et au sens des responsabilités de son vétéran joueur de centre.

«Ce n’est pas parce qu’il n’a pas encore commencé à marquer des buts qu’il va commencer à tricher. Je sais qu’il va toujours effectuer le bon jeu et qu’il ne mettra jamais son équipe dans le trouble. Il a cette capacité-là. Il va jouer de la bonne manière, et on sait qu’éventuellement — et il nous l’a démontré au fil de sa carrière — il va récolter sa part de points.»

Meneur chez le Tricolore à ce chapitre en 2009-2010 et en 2010-2011, Plekanec est convaincu d’aider le Canadien et ses coéquipiers en mettant le bâton dans les roues des attaquants les plus dangereux de la Ligue nationale.

«Mon jeu n’est pas uniquement axé sur la production offensive. Vous voulez toujours marquer des buts, vous voulez toujours participer à l’avantage numérique, vous voulez toujours pratiquer un style offensif. Mais je retire de la fierté de mon travail, et mon jeu va plus loin que les buts marqués et les statistiques. Et je pense faire du bon travail à ce niveau.

«Je ne suis pas inquiet du fait que je n’ai pas encore inscrit de buts cette saison, a-t-il renchéri. C’est sûr que j’aurais aimé avoir marqué des buts. Qui ne le voudrait pas? Mais je me sens bien physiquement et sur la patinoire. C’est une question d’obtenir le premier (but) pour retrouver la confiance à l’attaque.»

Aussi dans Canadien de Montréal :

blog comments powered by Disqus