Richard Wolowicz/Getty Images Nathan Beaulieu

BROSSARD, Qc — Lorsqu’il s’est présenté au camp d’entraînement du Canadien de Montréal en septembre 2016, Nathan Beaulieu parlait ouvertement et avec ferveur de la possibilité qui s’offrait à lui d’évoluer à la gauche de Shea Weber. Quelque sept mois plus tard, il se retrouvait sur la passerelle des médias à regarder des hauteurs du Madison Square Garden, samedi soir, un match qui a sonné le glas de la formation montrélaise.

Malgré l’immense déception qui l’a habité et qu’il n’a pas cachée aux journalistes lundi midi, le jeune défenseur croit qu’il demeure un rouage important du Canadien, et dit avoir retiré des éléments positifs de sa dernière saison.

Tout ça même si plusieurs observateurs ont pensé que Beaulieu a peut-être joué son dernier match avec le Canadien à la suite de son retrait de la formation samedi, et quelques heures avant que le directeur général Marc Bergevin n’affirme que le jeune défenseur était maintenant à la croisée des chemins.

«Le fait de ne pas jouer lors du dernier match a été décevant, c’est évident, a avoué Beaulieu. Mais je pense qu’il y a du positif à tirer de la saison. C’est vraiment dommage comment ça s’est teminé, mais la meilleure façon d’analyser la situation avant d’aborder l’été est de s’attarder sur les points positifs.

«J’ai récolté près de 30 points et joué pendant environ 20 minutes par match, a également noté Beaulieu, qui ne qualifie pas la dernière saison de frustrante. À 24 ans, c’est assez bon. Je dois m’en servir comme point de départ. C’est sûr que ça s’est terminé sur une note plutôt négative, mais je ne peux pas passer tout l’été à penser à ça. Je dois regarder le positif et les bonnes choses qui sont sorties de la saison», a repris le jeune défenseur du Tricolore.

Malgré l’évaluation qu’il fait de sa saison, Beaulieu fait face à un avenir incertain avec le Canadien, qui devra faire des choix parmi son personnel à la ligne bleue en prévision du repêchage d’expansion des Golden Knights de Las Vegas, dans environ deux mois.

Rien ne dit que Marc Bergevin insérera Beaulieu parmi les trois défenseurs à protéger, si le Canadien choisit l’option lui permettant de protéger un gardien, trois défenseurs et sept attaquants.

Beaulieu ne pense nullement à un tel scénario et se voit jouer à Montréal la saison prochaine. On sent d’ailleurs, qu’il serait très déçu de quitter cet environnement.

«Je veux rester ici. Je crois encore en moi, et je pense que je peux être un élément important de cette équipe. Je crois que l’organisation pense la même chose selon les discussions que nous avons eues.

«Nous avons les meilleurs fans au monde et Montréal est le meilleur endroit où jouer. Rien ne surpasse le Centre Bell.»

Galchenyuk irrité

Beaulieu n’est pas le seul joueur qui cause des questionnements chez le Canadien. C’est aussi le cas de l’attaquant Alex Galchenyuk, qui a mis fin à une saison difficile en ne parvenant pas à faire vibrer les cordages une seule fois pendant la série quart de finale face aux Rangers de New York.

L’un des premiers à défiler dans le vestiaire du Canadien lundi matin, Galchenyuk s’est fait évasif dans plusieurs de ses réponses et a même paru irrité en quelques occasions, surtout lorsque les journalistes lui demandaient d’évaluer l’utilisation qui a été faite de ses services pendant la saison.

Ç’a été le cas dès la toute première question de la mêlée de presse, quand un journaliste a voulu savoir comment il expliquait le fait qu’il était passé de centre numéro un de l’équipe en début de campagne à un poste sur le quatrième trio, tard en saison.

«Je pense avoir répondu à cette question beaucoup trop souvent. Je ne sais pas quelle réponse vous espérez obtenir de moi, a-t-il d’abord lancé.

«Ce fut une saison avec des hauts et des bas, a-t-il ensuite admis, et en bout de ligne, nous avons été éliminés au premier tour des séries et c’est décevant. On peut rester ici et parler toute la journée de ce qui n’a pas fonctionné, mais je pense déjà à l’an prochain et il n’y a pas grand chose que je peux dire.»

Galchenyuk, qui connaissait un très bon début de saison avant de se blesser à un genou au début de décembre, semble encore avoir le soutien de Marc Bergevin et de l’entraîneur-chef Claude Julien. Et un coéquipier comme Carey Price semble aussi croire en lui.

«Il est un excellent joueur et il possède tous les outils, a soulevé Price. Il prend encore de l’expérience et il demeure un jeune joueur. Ça fait un certain temps qu’il est ici, et il a encore des choses à apprendre. Il n’y a aucun doute qu’il progressera la saison prochaine.»

Aussi dans Canadien de Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!