MONTRÉAL – Raphael Diaz se sentait mal d’avoir fait la passe à Lars Eller en sortie de territoire. Le défenseur suisse a avoué après la défaite du Canadien qu’il n’aurait jamais tenté le jeu, s’il avait vu Eric Gryba s’amener en trombe.

«Ce n’est pas du tout un sentiment agréable», a-t-il affirmé, d’une voix à peine audible.

L’entraîneur des Sénateurs, Paul MacLean, n’a rien fait pour déculpabiliser Diaz.

«À la place d’Eller je serais très en colère contre le numéro 61, ou peu importe celui qui m’a fait une passe semblable en plein centre, parce que c’est un jeu très risqué à tenter.

«Depuis que je joue au hockey, a continué MacLean, on m’a toujours dit que c’était un endroit dangereux où aller, que de mauvaises choses peuvent se produire. C’est un jeu de hockey qui a mal tourné pour Lars Eller.»

Un jeu qui existe depuis la nuit des temps, comme l’a par la suite souligné MacLean en évoquant des noms de défenseurs — «Scott Stevens, Doug Harvey, Barclay Plager et Gord Kluzak» — qui, comme Gryba, se faisaient un devoir d’appliquer de solides mises en échec à des attaquants patinant la tête basse.

«Je me rappelle que quand je jouais mes coéquipiers me disaient `ne va pas là si tu ne regardes pas’.»

Interrogé à savoir s’il s’attendait que la LNH sévisse à l’endroit de Gryba, MacLean a répété par deux fois qu’il n’est pas un dirigeant de la ligue.

Son homologue Michel Therrien a martelé qu’on ne lui permettait pas de commenter l’incident. On voulait sans doute qu’il évite de jeter de l’huile sur le feu.

«S’il vous plaît, je ne peux pas rien dire, a-t-il dit. Nous avons tous vu la mise en échec et la ligue va sûrement réviser l’incident.

«Je ne vais pas blâmer Raphael. C’est facile de dire après que c’était une mauvaise passe», a-t-il plus tard commenté.

Les joueurs du Canadien avaient sûrement eu le mot d’ordre de ne pas commenter l’incident.

Brendan Gallagher est allé le plus loin en disant qu’il n’avait pas du tout apprécié la charge de Gryba.

Chez les Sénateurs, Guillaume Latendresse a parlé d’un jeu difficile à juger.

«J’ai vu la reprise, c’était une passe suicide en plein centre. Ceux qui connaissent ‘Grybs’ savent que ce n’est pas un gars cochon. Oui, il frappe fort, il est solide. Mais je pense que son épaule a frappé celle de Lars en premier. Ce sera à la ligue de décider.»

Anderson, le héros

MacLean a donné beaucoup de mérite au gardien Craig Anderson. Mais l’entraîneur a souligné la performance de l’équipe en infériorité numérique, en deuxième période, comme le principal facteur du revirement de situation en troisième période.

«Les pénalités ont fait gonfler un peu artificiellement le total de lancers, a-t-il argué. Plus que les prouesses de Craig, le fait que nous ayions résisté à cinq-contre-trois nous a insufflés une bonne dose de confiance pour la troisième période.»

Therrien a dit que le Canadien va finir par l’emporter s’il continue d’afficher autant de fougue et d’ardeur.

«C’est rare qu’une équipe perd en séries avec 50 lancers au but, a-t-il fait remarquer. Si on réussit encore 50 lancers vendredi et qu’on perd encore, que voudrez-vous qu’on fasse? Tirer 100 fois! Ça arrive en séries qu’on affronte un gardien qui fait la différence et il l’a fait ce soir.»

Anderson a dit quant à lui qu’il n’avait que fait son travail, comme tous ses coéquipiers ont fait le leur.

«Je voulais juste que mon équipe demeure dans la rencontre et lui donner une chance de l’emporter, a-t-il résumé. C’est mon boulot, en fait c’est le boulot de chacun des joueurs. En bout de ligne, je me disais simplement après chaque tir que je devais arrêter le suivant. Il ne faut pas commencer à douter, car c’est là que les choses dérapent.»

Aussi dans Canadien de Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!