Paul Chiasson/La Presse Canadienne Si le Canadien ne gagne pas tous ses matchs cette semaine, la saison 2015-2016 est plus ou moins perdue, selon notre chroniqueur.

Le Canadien aura besoin d’environ 43 des 64 points en jeu d’ici la fin de la saison s’il veut avoir une chance de se qualifier en séries.

Il n’a plus de marge d’erreur. Il doit ajuster sa stratégie tout de suite, maintenant, right fu%$#g now… Voici donc cinq changements qui pourraient aider le CH à retrouver le chemin de la victoire.

1. Faire jouer Alex Galchenyuk au centre
Galchenyuk connaissait sa meilleure saison offensive jusqu’à ce qu’il soit retiré de la position de centre. Depuis? Il n’a aucun point à forces égales en sept matchs.

Quand il joue à l’aile, le Canadien connaît une baisse de régime à l’attaque et en défense. Il est vrai que l’échantillon est petit, mais la différence est quand même bouleversante.

Il est abondamment clair que Galchenyuk est meilleur au centre. Si l’organisation espère qu’il devienne un jour un centre d’élite, elle devra commencer par lui faire confiance à cette position.

Screen Shot 2016-02-01 at 9.15.26 PM

2. Ajuster la stratégie de sortie de zone
Un des aspects les plus frustrants de la stratégie défensive du CH est l’obsession de renvoyer aveuglément la rondelle sur la bande. Cela devrait être un jeu rarement utilisé, mais il s’agit de la stratégie principale du Tricolore.

Dès qu’un défenseur reçoit la rondelle, les attaquants du Tricolore sont à mi-chemin en zone neutre, ce qui rend une sortie contrôlée virtuellement impossible. Par conséquent, le jeu se transforme en une bataille pour la rondelle en zone neutre, ce qui rend des entrées contrôlées en zone adverse plutôt rares.

Ce genre de stratégie est généralement mis en place pour masquer un manque de talent, ce qui n’est pas le cas de Montréal.

3. Être créatif  en zone offensive
Le Canadien joue un style d’attaque «nord-sud». Les avants tirent dès qu’ils accèdent à la zone offensive, espérant obtenir un retour de lancer. Comme nous avons pu le constater au cours des deux derniers mois, cela permet aux gardiens adverses de se sentir à l’aise, tout en réduisant la quantité de chances de marquer dangereuses.

Le Canadien est 4e dans la LNH en matière de tentatives de tir (53,4 %), mais seulement 15e en termes de chances de compter (50,2 %). Cet écart alarmant se résoudrait en ajoutant un peu de créativité au mélange. Le Canadien doit se concentrer sur des stratégies d’attaque est-ouest afin d’obtenir des tirs dangereux et de forcer les gardiens à sortir de leur zone de confort.

4. Faire confiance à la relève
Comme on l’a vu avec Daniel Carr, un manque d’expérience dans la LNH ne veut pas dire qu’un joueur ne peut pas aider l’équipe.
 Des attaquants comme Charles Hudon, Sven Andrighetto, Michael Mc­Carron, Lucas Lessio et même George «Bud» Holloway ont assez de talent pour aider l’attaque inepte du Canadien, et pourraient facilement remplacer des joueurs comme Brian Flynn ou Devante Smith-Pelly.

5. Trouver de l’aide de l’extérieur
Marc Bergevin a décidé de ne pas congédier son entraîneur. Il devra donc améliorer son alignement, surtout à l’aile. Si la solution n’est pas chez les Icecaps, le Canadien pourrait considérer des ailiers disponibles sur le marché des transactions, dont Radim Vrbata, Brad Boyes ou Cam Atkinson. Bergevin aime les aubaines, et ces trois attaquants semblent correspondre au type de joueurs qui intéressent le DG.

Aussi dans Canadien de Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!