Jae C. Hong Jonathan Quick, Brendan Gallagher. Jae C. Hong / The Associated Press

MONTRÉAL – La liste des blessés du Canadien est tellement imposante qu’il serait capable de former une unité réunissant un gardien étoile, deux défenseurs de qualité et un trio complet. Mais Alex Galchenyuk, lui, est bien présent.

Le nom de Galchenyuk résonnait un peu partout dans le vestiaire après sa spectaculaire performance de trois points dans la victoire du 4-3 du Canadien aux dépens des Stars de Dallas mardi soir.

À ses sept dernières sorties, le jeune américain a récolté rien de moins que neuf buts et une passe. Graduellement, il semble maintenant destiné à devenir un joueur étoile dans la LNH.

«Je ne l’ai jamais vu jouer aussi bien, a loué Max Pacioretty après la rencontre. Une prochaine étape sera de continuer à améliorer son jeu en zone défensive, et il devra s’ajuster à l’étranger alors que les équipes adverses le surveilleront de façon plus étroite. Mais c’est certain qu’il a progressé dernièrement et il ne faut pas oublier qu’il n’a que 22 ans. Il va continuer de s’améliorer.»

Les éloges sont également venues de Michel Therrien.

«Il joue avec beaucoup plus de confiance depuis un mois, a reconnu l’entraîneur-chef du Canadien. On sentait qu’Alex jouait avec la confiance requise et c’est la raison pour laquelle on a de nouveau tenté l’expérience de le remettre au centre. Il se comporte bien dans les deux sens de la patinoire. Il ne joue pas sur les talons. C’est très important, qu’il soit combatif. Il faut qu’il demeure un joueur dominant à l’attaque. Dans le passé, il pouvait avoir des séquences de deux ou trois matchs et ensuite c’était un peu plus difficile. Depuis un mois, il est capable de maintenir une qualité de jeu que l’on recherche.»

Déjà privé d’éléments-clé en Carey Price, Jeff Petry, Nathan Beaulieu et David Desharnais, pour n’en nommer que quelques-uns, le Canadien a également dû se débrouiller sans les services de Brendan Gallagher et de Lars Eller. Le premier sera d’ailleurs à l’écart du jeu pendant deux ou trois semaines.

Mais le Tricolore ne s’est pas laissé abattre.

«C’est grâce à du travail acharné, a décrit Pacioretty. C’est ça le hockey. Les gars jouent toujours mieux lorsqu’ils ne se préoccupent pas des éléments qu’ils ne peuvent contrôler et s’assurent de produire au meilleur de leur capacité. C’est ce que nous avons fait ce soir.»

Therrien partageait ce sentiment.

«J’ai beaucoup aimé l’intensité de notre équipe. On a mis beaucoup de pression sur l’adversaire, on a été très physique ce soir et il y avait beaucoup d’entrain. Et c’est bon pour ce groupe de jeunes joueurs qui sont finalement récompensés pour leur effort.»

Aussi dans Canadien de Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!