THE CANADIAN PRESS P.K. Subban

MONTRÉAL – Le Canadien aura des renforts au cours des prochains jours. Il est simplement dommage que les matchs n’ont plus d’enjeu.

Le défenseur P.K. Subban et l’attaquant David Desharnais se sont entraînés sans restriction mercredi et le Québécois a laissé entendre qu’il pourrait affronter les Red Wings, jeudi à Detroit. L’entraîneur-chef Michel Therrien a toutefois refusé de confirmer s’il allait être en uniforme ou non.

De son côté, Subban a mentionné qu’il allait accompagner l’équipe, mais a ajouté qu’il avait encore besoin de temps avant de revenir au jeu. Il ressent toujours des raideurs au cou, le résultat d’un contact accidentel avec son coéquipier Alexei Emelin dans un gain de 3-2 face aux Sabres de Buffalo.

Subban se souvient d’ailleurs encore très bien de la soirée du 10 mars, quand on aurait pu entendre une mouche voler dans le Centre Bell pendant qu’il était étendu sur la glace entouré de nombreux médecins. Subban, qui n’avait jamais raté une partie chez les professionnels en raison d’une blessure, admet que la situation a été inquiétante pour sa famille et lui.

«C’était effrayant. On m’a appris à ne pas rester étendu sur la glace et à me relever rapidement après un contact et c’était effrayant quand j’ai commencé à me sentir mal», a raconté Subban, qui a rencontré les journalistes pour la première fois depuis l’incident, mercredi.

«Quand j’ai vu Graham (Rynbend, le thérapeute sportif en chef) arriver, j’ai compris que c’était mieux de rester étendu et ils ont pris toutes les précautions nécessaires. Notre équipe médicale fait toujours les choses de la bonne manière et je sais que mes parents ont aussi apprécié les précautions qui ont été prises.»

Six matchs et un peu moins de deux semaines plus tard, Subban est en mesure de revenir sur la soirée et de rigoler un peu.

«Le voyage en ambulance a été cahoteux. Nous avons frappé quelques nids-de-poule. J’avais l’impression que nous étions passés sur quelques corps», a blagué le volubile défenseur.

Pour sa part, Desharnais a manqué les 17 derniers matchs des siens en raison d’une fracture à un pied. Pendant ce temps, Alex Galchenyuk a pris la relève avec brio au sein de la première unité du Tricolore.

Desharnais ne sait donc pas sur quelle chaise il va s’asseoir quand il effectuera son retour au jeu. Therrien n’a pas éclairci les choses, disant qu’on en saurait plus quand il sera prêt à jouer.

Néanmoins, le patineur de Laurier-Station ne s’en fait pas trop avec ça.

«Je suis un joueur de hockey, je veux jouer et essayer d’aider l’équipe, a-t-il dit. Il reste huit matchs à jouer et c’est simplement agréable d’être de retour avec les gars.»

En plus de Galchenyuk, d’autres jeunes comme Michael McCarron ont profité des nombreuses blessures chez le Canadien pour démontrer de belles choses. Desharnais, qui ne connaissait pas une grande saison avant de tomber au combat, ne semble pas trop inquiété pour son poste.

«C’est la nature du hockey. Quand je suis arrivé, je poussais des vétérans et je sais qu’un jour, la même chose va m’arriver», a dit le hockeyeur de 29 ans.

Dans son bilan médical, Therrien a aussi mentionné que l’attaquant Sven Andrighetto pourrait affronter les Red Wings. Andrighetto a raté les deux derniers matchs du Tricolore après avoir encaissé deux solides mises en échec de Dion Phaneuf, samedi dans une défaite de 5-0 face aux Sénateurs d’Ottawa.

Par ailleurs, Therrien a confirmé que Ben Scrivens allait défendre le filet du Canadien jeudi.

Aussi dans Canadien de Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!