BROSSARD, Qc – Le nom de Mike Condon pourrait rejoindre ceux de Max Pacioretty et Saku Koivu, entre autres, à titre de lauréats du trophée Bill-Masterton dans l’uniforme du Canadien. Mais Condon est le premier à reconnaître que son cheminement ne se compare pas à ceux des deux derniers vainqueurs de ce trophée chez le Tricolore.

Virtuellement inconnu lorsque s’est amorcé le camp d’entraînement, Condon a été désigné candidat de l’équipe en vue de cet honneur, qui vise à récompenser la persévérance, la détermination et l’esprit sportif. Il a été choisi à la suite d’un vote des membres du chapitre de Montréal de l’Association des chroniqueurs de hockey.

«Surpris? Oui, un peu, a admis Condon après l’entraînement, lundi midi. C’est un honneur que d’être nominé dans la même catégorie que Saku Koivu et Max Pacioretty, qui ont vécu des moments beaucoup plus difficiles que moi à cause de leurs problèmes de santé respectifs. Je ne fais que mon travail et je joue au hockey. Mais c’est quelque chose qui me rend humble.»

Ce travail, Condon l’a plutôt bien fait, dans un contexte pour le moins difficile et inattendu. En 50 matchs cette saison, dont 46 départs, le gardien américain présente une fiche de 18-23-6, une moyenne de buts alloués de 2,72 et un taux d’efficacité de 90,2 pour cent. Il domine les gardiens recrues de la LNH pour les victoires (18), les arrêts (1181) et les minutes jouées (2826).

Lors de son point de presse, l’entraîneur-chef Michel Therrien a d’ailleurs mis l’accent sur ce contexte.

«S’il a commencé la saison avec nous, c’est parce qu’il avait connu un excellent camp d’entraînement. Donc, il réussi à déloger (Dustin) Tokarski par ses performances. Quand nous avons pris notre décision pendant le camp d’entraînement, il fallait que ses performances soient vraiment bonnes pour le déloger. Et nous croyons avoir pris la bonne décision.

«Mais il ne s’attendait pas à garder les buts pour plus de 50 matchs, et nous non plus. Il a été placé dans une position très difficile, dans un marché comme Montréal où il y a beaucoup de pression pour les gardiens. Mais il s’est très bien tiré d’affaires.»

Si Carey Price n’avait pas été mis au rancart, Condon aurait sans doute joué une quinzaine de matchs, au maximum, a noté Therrien, qui a aussi pris le temps de vanter Condon, l’homme.

«C’est un jeune homme très attentionné, très discipliné, avec une belle éthique travail. Tu vois qu’il a une éducation exemplaire. C’est malheureux que nous nous trouvions dans une situation où nous ne pouvons pas aller chercher des victoires, mais ce jeune-là va grandir.»

Âgé de 25 ans, il complète sa première saison dans la LNH. Mis sous contrat à titre de joueur autonome non repêché, le 8 mai 2013, Condon a fait ses classes dans la East Coast League et la Ligue américaine pendant trois saisons avant de graduer dans la LNH cette saison.

Le trophée a été institué à la mémoire de Bill Masterton, un ancien joueur des North Stars du Minnesota, décédé le 15 janvier 1968, à la suite d’une blessure subie lors d’un match de la LNH.

Outre Pacioretty (2011-2012) et Koivu (2001-2002), Serge Savard (1978-1979), Henri Richard (1973-1974) et Claude Provost (1967-1968) ont également remporté ce trophée. Provost en a été le premier lauréat.

Aussi dans Canadien de Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!