S’appuyant sur un avis du Comité consultatif sur l’accessibilité financière aux études (CCAFE), les associations étudiantes ont de nouveau interpellé le premier ministre Jean Charest, mercredi, à propos de l’endettement étudiant.
Dans cet avis publié mardi, le comité s’est dit préoccupé par l’endettement étudiant, qui augmentera avec les prêts supplémentaires ou leur majoration, une mesure proposée par le gouvernement afin de compenser la hausse des frais de scolarité.

Le comité a aussi constaté que les mesures du gouvernement complexifient le programme d’Aide financière aux études (AFE), ce qui représente un obstacle pour les étudiants.
«Cet avis confirme certaines de nos craintes», a indiqué Gabriel Nadeau-Dubois, porte-
parole de la CLASSE.
«L’endettement étudiant est
la première cause de décrochage au niveau postsecondaire», a poursuivi Éliane Laberge, présidente de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ).

La Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) a joint sa voix à celle de la FECQ afin d’interpeller M. Charest.
Par ailleurs, la FECQ souligne que le gouvernement a modifié l’AFE, non pas dans le but de l’améliorer, mais en espérant y trouver un moyen de résoudre le conflit étudiant. «Ces modifications ont été faites à la va-vite, et à l’heure actuelle, le site de l’AFE n’est même pas à jour», a ajouté Mme Laberge. L’incertitude quant au financement dont chaque étudiant disposera ne favoriserait pas l’accessibilité.
Le cabinet de la ministre de l’Éducation n’a pas rappelé Métro. annabelle blais

Aussi dans Conflit étudiant :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!