Jacques Boissinot François Legault

QUÉBEC – La Coalition avenir Québec (CAQ) accuse le gouvernement Marois de se contredire en ce qui a trait au financement de l’enseignement supérieur, et lui demande de clarifier ses intentions afin de permettre aux universités de préparer leurs budgets pour 2014-2015.

Le député de La Prairie, Stéphane Le Bouyonnec, porte-parole de la CAQ en matière d’enseignement supérieur, dénonce l’ambiguïté du gouvernement qui, selon lui, entend «donner d’une main et retirer de l’autre».

M. Le Bouyonnec souligne que le ministre Pierre Duchesne avait annoncé en novembre 2012 des coupes non récurrentes de 125 millions $ sur deux ans et une troisième de 123 millions $ par la suite. Mais, selon le député caquiste, ces coupes seraient dorénavant permanentes, se fiant sur les propos d’un sous-ministre cette semaine.

Pour Stéphane Le Bouyonnec, il s’agit d’un important recul du ministre Duchesne qui s’était pourtant engagé à un réinvestissement de 262 millions $.

Le député caquiste soutient qu’il y a une contradiction complète entre les déclarations de la première ministre Pauline Marois qui, en février dernier, annonçait un réinvestissement de 8,5 pour cent dans le réseau universitaire, et ce que les fonctionnaires exigent en privé aux dirigeants universitaires.

Dans les faits, selon M. Le Bouyonnec, les budgets n’augmenteront dans le meilleur des cas que de 1,1 pour cent, ce qui ne permet même pas de couvrir l’augmentation des coûts de système du réseau qui seront de l’ordre de 2,5 pour cent pour l’année 2014-2015.

Selon lui, il est donc faux de parler de réinvestissement, et c’est la crédibilité du ministre Pierre Duchesne qui est actuellement en jeu. Il ajoute que le problème a été créé par le fait que le gouvernement a tout donné aux étudiants lors de son sommet sur l’enseignement supérieur en se contentant d’indexer les frais de scolarité.

Plus tôt cette semaine, le recteur de l’Université Laval, Denis Brière, a exhorté le ministre Duchesne à donner l’heure juste sur le financement universitaire. Il a même sollicité une rencontre avec la première ministre, qualifiant la situation de critique, advenant le cas où les compressions des deux dernières années seraient récurrentes.

Aussi dans Conflit étudiant :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!