MONTRÉAL – La Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics demande aux Québécois de ne pas se laisser intimider par la «campagne de peur» du gouvernement Charest et de sortir massivement dans les rues de Montréal, ce mardi, pour appuyer les étudiants.

La Coalition, formée de 140 organismes, veut ainsi démontrer son appui aux revendications étudiantes et dénoncer la loi 78 déposée par le gouvernement libéral.

Selon la porte-parole de la Coalition, Véronique Laflamme, cette loi bafoue les libertés fondamentales des Québécois en limitant le droit de manifester de manière spontanée ou encore à l’endroit choisi par les manifestants.

Une manifestation diurne est organisée ce mardi après-midi place des Festivals, à Montréal, pour souligner le 100e jour de la grève étudiante au Québec.

La Coalition déploiera, dans les prochaines semaines, une «riposte sociale» à ce qu’elle décrit comme une «révolution tarifaire» imposée par le gouvernement Charest depuis deux ans. Une journée nationale d’actions, une campagne de sensibilisation et même une grève sociale sont envisagées par la Coalition.

La Coalition demande au gouvernement de procéder à une réforme juste et équitable de la fiscalité québécoise. Avec la hausse des droits de scolarité, le gouvernement ira chercher 265 millions $ par année dans la poche des étudiants. Or, la Coalition estime qu’en ajoutant un palier d’imposition, le gouvernement mettrait la main sur 950 millions $ par année, une solution jugée plus «juste».

Aussi dans Conflit étudiant :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!