Yves Provencher/Métro

Le Grand Prix de ce weekend aurait été le plus profitable des dix dernières années pour les bars de Montréal.

C’est du moins ce que croit Peter Sergakis, président de l’Union des tenanciers de bars du Québec. «C’est une année exceptionnelle, les restaurants et les bars du centre-ville étaient pleins», a affirmé M. Sergakis, rappelant que le Grand Prix est la fin de semaine la plus lucrative de l’année pour ses membres. Le beau temps en aurait entre autres encouragé plus d’un à se joindre aux festivités.

C’est la rue Crescent qui a été la plus achalandée de la ville, battant de 50 000 personnes son précédent record de 500 000 visiteurs. «C’était une fin de semaine de rêve pour tous nos marchands», a dit Steve Siosios, président de l’Association des marchands de la rue Crescent. Et les restaurants et les bars sont ceux qui profitent le plus de cet engouement.

La Société de développement commercial du boulevard Saint-Laurent estime quand à elle que 400 000 personnes auront fréquenté les festivités de la Main durant le week-end. C’est un record en plus de quatre ans. «On doit une partie de ce succès à notre stratégie événementielle qui mise sur une programmation plus authentiquement montréalaise, qui allie créativité, culture et art», a estimé Glenn Castanheira, directeur général de la SDC Saint-Laurent.

Le même enthousiaste était palpable de la part des organisateurs des activités qui avaient lieu dans la Petite-Italie et qui ont attiré environ 200 000 visiteurs. «Les voitures exposées ont attiré beaucoup de monde, de même que la programmation musicale et familiale», a souligné Roberto Tassinario, directeur général SDC Petite-Italie.

Les hôtels ont aussi profité de l’événement, leur taux d’occupation étant évalué à 88,6% ce weekend, selon l’Association des hôtels du grand Montréal. C’est un taux comparable à celui de l’an dernier, qui était de 88,1%.

Les chauffeurs de taxis sont toutefois moins emballés par les retombées économiques du Grand Prix. «Il y a une hausse de l’achalandage, alors on ne va pas cracher dessus, mais ça aurait pu être mieux», a émis Max-Louis Rosalbert, président du Regroupement des propriétaires de taxis de Montréal. Selon M. Rosalbert, la proximité des hôtels et de toutes les activités au centre-ville fait en sorte que la hausse de la clientèle durant le Grand Prix n’est pas plus de 15%, bon an mal an.

Soulagement
Les promoteurs, les commerçants et les hôtels se sont montrés extrêmement heureux, voire soulagés du prolongement pour 10 ans du Grand Prix du Canada.  «À chaque année, on ne savait pas trop sur quel pied danser, alors cette stabilité pour 10 ans va nous permettre de développer une stratégie de développement économique à plus long terme», s’est réjouit Glenn Castanheira, directeur général de la SDC Saint-Laurent.

«Environ 50% de nos commanditaires ont déjà renouvelé leur participation pour l’an prochain», a de son côté souligné Brian Fogt, président de Promotions et événements BBF, responsable du festival Grand Prix sur Crescent.

Aussi dans F1 Grand Prix de Montréal :

blog comments powered by Disqus