The Canadian Press/Graham Hughes

MONTRÉAL – Sebastian Vettel et Felipe Massa n’allaient certainement pas se contenter de jouer les seconds violons au Grand Prix du Canada, dimanche.

Partis respectivement des 18e et 15e rangs, les deux pilotes aguerris avaient littéralement le couteau entre les dents sur le circuit Gilles-Villeneuve et ont réussi à effectuer une remontée, si bien que Vettel a terminé cinquième et Massa, sixième.

Vettel a surpris un peu tout le monde en s’arrêtant aux puits dès le huitième tour pour changer de pneus, mais a finalement remonté le peloton pour limiter les dégâts.

Il détient toujours le troisième rang au classement des pilotes derrière les deux Mercedes de Lewis Hamilton et Nico Rosberg, même s’il a perdu deux points d’avance sur son coéquipier Kimi Raikkonen, qui a pris le quatrième rang.

«On ne peut pas être entièrement satisfaits du week-end parce qu’on n’est pas montés sur le podium, a déclaré Vettel. La voiture était rapide, c’était bien. Évidemment, dans mon cas, c’est très satisfaisant parce que j’ai bien récupéré.»

Après avoir éprouvé des ennuis de moteur et enregistré le 16e temps de la première des trois séances de qualifications, samedi, l’Allemand s’est élancé de la 18e place en raison d’une pénalité imposée pour un dépassement sous un drapeau rouge, au cours de la troisième séance d’essais libres.

Massa avait lui aussi connu des difficultés avec son groupe motopropulseur et avait dû se contenter de la 15e position sur la grille de départ. À l’instar de Vettel, le Brésilien a regagné neuf positions pour récolter huit points au classement après une décevante 15e place à Monaco.

«Je suis très content de ma course, a-t-il fait valoir. J’ai réussi à soutirer un bon résultat en dépassant aux bons moments et en ne perdant pas de temps. Les qualifications ont été décevantes parce que je sens qu’on aurait pu se hisser sur le podium cette fin de semaine.»

Pas de tout repos pour Vettel

Comme on peut l’imaginer, gagner 13 positions sur le tracé de l’Île Notre-Dame n’est pas chose facile, et Vettel l’a appris à ses dépens.

Impliqué dans une bagarre pour la 15e place avec Fernando Alonso au 20e tour, il a bien failli voir sa course prendre fin dans un muret au septième virage alors qu’il collait l’arrière de la voiture de l’Espagnol. L’Allemand a même touché son adversaire — sans trop de dommages — avant de le dépasser.

«Je n’ai pas été intelligent avec Alonso, a commenté Vettel. Je voulais être certain de continuer de charger et de ne pas perdre trop de terrain sur les voitures devant, mais j’ai perdu du temps au contraire.»

Vettel a aussi évité le pire au 44e tour alors qu’il aspirait à la septième place détenue par son compatriote Nico Hülkenberg. Le quadruple champion du monde a amorcé une manoeuvre de dépassement juste avant le Mur des Champions, et le pilote de Force India a tenté de résister trop fermement, si bien qu’il est parti en dérapage.

«J’étais devant sur le freinage et j’ai essayé de m’immiscer dans la chicane, a décrit Vettel. Il allait simplement trop vite au freinage, et j’ai été chanceux de voir qu’il perdait le contrôle pour court-circuiter la chicane.»

Le pilote Ferrari a ensuite profité d’une erreur de pilotage de Romain Grosjean avant de dépasser le coéquipier de ce dernier chez Lotus, Pastor Maldonado, pour prendre la cinquième place.

L’aventure de Massa, elle, s’est déroulée sans anicroche, si ce n’est d’une collision évitée de justesse avec Marcus Ericsson, de l’écurie Sauber, dans les «S» de Senna au neuvième tour.

Aussi dans F1 Grand Prix de Montréal :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!