Getty Les garçons deviennent des hommes.

Ce n’est pas seulement un saut pour montrer la bravoure de ces jeunes Indonésiens, il déterminera leur destin. Cette cérémonie traditionnelle se déroule dans le village d’Orahili Fau, sur l’île Nias, à 1 200 km de Jakarta. Les jeunes hommes participent à la tradition du saut d’une colonne de pierre (fahombo batu), un rituel de virilité qui s’est souvent terminé en blessures et en décès par le passé.


La pratique, vielle de centaines d’années, a commencé quand les guerres entre tribus étaient fréquentes. Chaque vaillant guerrier devait être capable de sauter par-dessus les murs du village rival, qui étaient couvert d’épieux.

Une tradition gravée dans la pierre
L’île de Nias, qui fait 5 120 km2, est dominée par des montagnes et de profonds ravins. Il est dit que l’île possède une des dernières cultures mégalithiques. Pendant les années 1950, les habitants érigeaient des monolithes (owasa), utilisés pour les cérémonies. Les experts n’ont jamais trouvé d’autres sites de saut de pierre en Indonésie, ce qui rend l’île unique en son genre.

Dans la société Nias traditionnelle, le «mangani binu» (ou décapitation des ennemis) était le principal rituel pour les jeunes hommes. De nos jours, au lieu de compter le nombre de crânes qu’un homme a accumulés, on calcule le statut social sur le nombre de pierres qu’il peut sauter. Les armes et costumes sont cependant un rappel des cérémonies traditionnelles.

Aussi dans Galeries de photos :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!