Métro Gilles Surprenant

L’ancien ingénieur à la Ville de Montréal Gilles Surprenant a admis jeudi devant la Commission Charbonneau avoir reçu 600 000 $ en pots-de-vin d’entrepreneurs entre 1991 et 2009.

Moins posé que Lino Zambito, M. Surprenant paraissait nerveux, hésitant, se raclant souvent la gorge et oubliant quelques faits.

M. Surprenant était responsable de la conception et des devis des projets des égouts à la Ville de Montréal. Il était connu dans le milieu comme M. TPS, Taxe Pour Surprenant. M. Zambito a affirmé le 1er octobre, que cette taxe représentait 1 % de la valeur des contrats.

L’ingénieur a perçu sa première «redevance» en 1991, pour un contrat de conduite d’eau. Les travaux étaient estimés à 250 000 $, mais le plus bas soumissionnaire, Franck Catania, a soumissionné à 500 000 $.

L’ingénieur s’en est inquiété au point d’en parler à une personne de la Ville, mais il ne se souvient plus qui. Pourtant, cette même personne a ensuite organisé un repas entre M. Surprenant et l’entrepreneur.

«Les personnes qui nous empêchent de manger, on les tasse», aurait lancé M. Catania. M. Surprenant a admis s’être senti intimidé.

Il a toutefois précisé à la présidente Charbonneau que la hausse du budget était en partie justifiable. Il a donc fait «passer» le contrat auprès de son supérieur en expliquant avoir sous-estimé les coûts.

Six semaines plus tard, M. Surprenant a été convoqué dans les bureaux de M. Catania à Brossard et a reçu, cette fois, une enveloppe contenant 4 000 $.

S’en est suivi une fuite en avant, puisqu’il a «taxé» les entrepreneurs jusqu’en 2009, date de sa retraite. Mais l’homme n’était pas en paix avec sa conscience, semble-t-il.

Près de la moitié de l’argent qu’il a empoché a été joué au casino. «C’était ma façon de remettre cet argent-là dans les coffres de l’État. C’était ma façon à moi de payer un genre d’impôt», a-t-il soutenu. De ces pots-de-vin, il reste aujourd’hui 122 800 $, qui ont été remis aux enquêteurs de la commission.

«C’était comme une libération; je ne voulais plus de cet argent, c’était juste des mauvais souvenirs», a-t-il admis.

Aussi dans La commission Charbonneau :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!