Graham Hughes/La Presse canadienne

La compagnie Dessau demande à la commission Charboneau le droit de siéger à titre de participant.

Dessau voudrait interroger Bernard Trépanier, qui était le chef d’orchestre d’un important système de collusions, selon plusieurs témoins.

La semaine dernière, un ancien vice-président de la firme, Rosaire Sauriol – qui a démissionné lundi –, avait raconté avoir donné 50 000$  en argent comptant à M. Trépanier pour obtenir des contrats à Montréal.

«Compte tenu de l’imminence du témoignage de Bernard Trépanier et des liens entre ce dernier et les représentants des firmes de génie-conseil qui ont été montrés jusqu’à présent devant la Commission relativement au financement politique du parti d’Union Montréal, il importe que (Dessau) puisse agir à titre de parti dès maintenant», peut-on lire dans la requête de la compagnie.

Dessau voudra aussi pouvoir interroger l’ancien président du comité exécutif de la ville de Montréal, Frank Zampino. Ce dernier était «l’homme le plus puissant de Montréal», selon Rosaire Sauriol.

Dessau croit que sa réputation sera directement affectée par les témoignages, notamment parce que la compagnie «s’est vue octroyer de nombreux contrats d’ingénieurs par les différents organismes publics au cours de la période visée par les travaux de la commission».

Aussi dans La commission Charbonneau :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!