www.ceic.gouv.qc.ca Jean Roberge

L’ancien directeur général adjoint à Laval, Jean Roberge, a admis dès le début de son témoignage qu’il y avait un système de partage des contrats dans la ville de Laval entre 2002 et 2007. «[Je peux vous dire cela] parce que j’ai participé à ce système», a lancé d’entrée de jeu l’homme de 54 ans qui a dirigé la firme Équation Groupe Conseil de 2002 à 2007.

Vers 2002-2003, après l’adoption de la loi 106 sur l’attribution des contrats, il a été introduit au système de partage des contrats par Jean-Marc Melançon, responsable des achats et approvisionnements et ancien chef de cabinet du maire Vaillancourt, qui «en menait large à la Ville». M. Roberge l’a rencontré pour «améliorer le sort de sa compagnie».

«J’ai compris que si j’étais bon avec le politique, le politique serait sûrement bon avec moi», a-t-il expliqué, précisant que cela se traduirait par le financement du parti PRO lavallois du maire Vaillancourt.

M. Roberge a alors rencontré le maire Gilles Vaillancourt en 2003 pour lui parler du développement des affaires et non d’argent. Sa firme est invitée à un premier appel d’offres pour un contrat, peu de temps «avant ou après».

Deux ou trois contrats derrière la cravate, il a décidé de son plein gré d’être «bon avec le politique» en remettant 10 000$ en argent comptant au notaire Jean Gauthier qui s’occupait du financement du parti. M. Gauthier a aussi été arrêté jeudi dernier. Selon le témoin, c’est ce qu’il fallait faire, même s’il n’a pas reçu d’ordre.

M. Roberge a raconté que la collusion à la Ville découlait de la loi 106 qui forçait l’invitation à des appels d’offres pour des contrats de 25 000 à 100 000$. Avant, le démarchage politique était suffisant.

M. Roberge a été suspendu avec solde de ses fonctions le 6 mai dernier.

Un régime de terreur
En 2008, M. Roberge a accédé à la haute fonction municipale à titre d’adjoint au directeur du service de l’ingénierie qui traversait une «période noire».

«Au service de l’ingénierie, on sentait qu’on sortait d’un régime de terreur de dix ans», a-t-il indiqué, expliquant qu’une seule personne était à la tête de ce système: Claude Deguise, l’ancien directeur du service de l’ingénierie. M. Deguise a été arrêté jeudi dernier par l’UPAC et il fait face à plusieurs chefs d’accusation, dont un de gangstérisme.

Un système «différent»
Le procureur Paul Crépeau, qui pilote l’interrogatoire, a affirmé dans son allocution d’ouverture que des hommes d’affaires, des ingénieurs et des élus défileront à la barre de la commission pour parler de corruption et d’un système de partage de contrats. Un «système de ristournes» en argent comptant «différent» de celui en place à Montréal.

Aussi dans La commission Charbonneau :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!