www.ceic.gouv.qc.ca Gilles Théberge

Gilles Théberge, qui poursuivra lundi son témoignage devant la Commission Charbonneau, devrait donner plus de détails à propos de la collusion chez les entrepreneurs œuvrant à Laval.

Celui, qui a travaillé chez Sintra puis chez Valmont Nadon Excavation, a collaboré à l’enquête qui a permis d’arrêter l’ex-maire Gilles Vaillancourt et ses 36 acolytes le 9 mai dernier. Il devrait donner des détails sur les magouilles en place à Laval : Valmont Nadon, l’ex-patron de M. Théberge, a été d’ailleurs arrêté lors de cette rafle policière de l’UPAC. Il est notamment accusé de fraude, complot et abus de confiance.

Gilles Théberge s’est joint en 2001 à Valmont Nadon Excavation pour développer plusieurs terrains à Laval. Il y a travaillé jusqu’en septembre 2010, sans jamais y faire du développement d’affaires.

Un témoin ébranlé
L’homme de 66 ans a expliqué jeudi dernier comment un cartel de l’asphalte s’était formé en 2000 afin de répartir et gonfler les prix des contrats publics municipaux, provinciaux et fédéraux. «Tout le monde était touché», avait-il dit, précisant que l’«harmonisation du marché» a permis aux firmes de toucher des profits de plus de 30 % sur la valeur de chaque contrat, contrairement à 4 ou 8 % pour un contrat obtenu en libre marché.

Encore bouleversé, Gilles Théberge a aussi raconté avoir été victime de nombreuses menaces et d’avertissements, notamment lorsque Sintra a tenté de percer le marché fermé des égouts et des aqueducs. Dans les minutes qui ont suivi l’explosion de son véhicule en 2000, Gilles Théberge a reproché à son patron chez Sintra d’avoir été trop loin dans la collusion. Un mois plus tard, il quittait l’entreprise.

Aussi dans La commission Charbonneau :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!