Connaissant un succès indéniable, les artistes de la revue American Story Show fouleront les planches du Théâtre Desjardins le 7 novembre. Dans ce spectacle présentant les grandes chansons américaines qui ont marqué les années 1960 à 1999, Kim Richardson, Rick Hughes et Marc-André Fortin forment un trio de chanteurs remarquable. Marc-André Fortin nous parle de cette production québécoise mise en scène par Christian Sbrocca et dirigée musicalement par Mike Gauthier.

Pourquoi avoir décidé de faire partie de la revue American Story Show?

Cette proposition est arrivée à un moment important de ma carrière. J’étais sur le point de prendre une année sabbatique. Rick et Kim avaient déjà accepté de faire partie de la distribution. Je n’ai pas hésité longtemps ! C’était un défi personnel au niveau du choix des chansons et de la langue. L’anglais n’est pas ma langue première.

Ce spectacle ne laisse personne indifférent. La musique américaine a marqué tout le monde, peu importe la génération. Les gens se lèvent, chantent, ils ont le sourire ou les larmes aux yeux, selon leurs souvenirs.

Quelle est la meilleure partie du spectacle, selon vous?

Je suis né en 1981, mais quand j’allais dans les fêtes de famille du côté de mon père, ça parlait des années 50, 60, 70, de l’époque d’Elvis. Toute la musique du spectacle est bonne, mais il y a quelque chose de spécial dans ces décennies. J’aurais été curieux de vivre à cette époque.

Le spectacle passe à travers quatre décennies. Peu importe le genre de musique qu’on écoute, on y trouve son compte. Il y a toujours un moment ou une chanson qui nous a marqués.

Vous faites équipe avec Kim Richardson et Rick Hughes. Qu’est-ce qui fait le succès de votre trio de chanteurs? Vous avez des styles tellement différents !

À prime abord, les gens disent que c’est étrange de nous voir réunis tous les trois, mais c’est ce qui devient la force du show. L’idée des producteurs était justement de mélanger les genres pour atteindre le plus grand nombre de styles. Je suis là pour les balades pop et le côté plus romantique, oui, mais j’entre aussi dans l’univers des autres et j’aime ça.

Questions en rafale

La chanson qui est toujours populaire, à chaque spectacle : Les trois chansons d’Elvis, par Rick. Elvis, c’est Elvis !

Le rituel des trois chanteurs avant d’entrer sur scène : Chacun a sa petite routine. Il y a toujours les mêmes jokes. J’ai besoin de mes dix minutes dans ma bulle alors que Rick fait ses prières.

La salle de spectacle dans laquelle les spectateurs ont dansé le plus : Au St-Denis lors de la rentrée montréalaise, le deuxième soir. À un moment disco, les gens se sont levés spontanément et se sont avancés. Ils n’en pouvaient plus de taper du pied ou de se taper sur la cuisse, c’était plus fort qu’eux. C’était un moment magique.

Les billets sont disponibles à la billetterie du Théâtre Desjardins, située au 1111, rue Lapierre, à LaSalle, ou par téléphone au 514-367-6373 #1. Pour toute autre information, visitez www.theatredesjardins.com

Aussi dans Messager week-end :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!