Publireportage

Toujours avec la même énergie débordante, Philippe Bond est de retour au Théâtre Desjardins pour une troisième et ultime fois ce 10 décembre.

Les dernières années de Philippe Bond ont été particulièrement occupées. Entre la radio à NRJ, la télé à V ou ses spectacles, l’humoriste de 36 ans a aussi vécu des anecdotes les plus loufoques les unes que les autres. C’est le fruit de ces aventures que nous livre Philippe Bond dans ce deuxième one-man-show, ingénieusement appelé Philippe Bond 2.

Il est fier de le dire, l’ensemble de ses gags est issu de sa vie. «J’ai toujours été un raconteur. Avec moi, deux ou trois niaiseries de mes neveux peuvent devenir une histoire de 15 minutes» se félicite-t-il en soulignant l’apport incroyable de son scripteur Sylvain Larocque.

Par contre, il avoue courir un peu après les histoires, voir à les créer. «Il y a quelque temps, mon ami se mariait à Cuba. Avec un autre ami d’enfance, on a décidé de se pointer sans prévenir au mariage. On ne savait même pas où et à quelle heure c’était, se remémore-t-il. On est arrivé en costume comme deux épais. Ce genre d’histoire, je sais que ça va faire de bons gags.»

Malgré le succès des dernières années, Philippe Bond est heureux d’être resté le même «bon vieux chum». «Que je sois au restaurant ou au dépanneur, les gens n’ont pas peur de venir me voir, et ça, je suis bien fier de ça. Ils viennent comme si ça faisait dix ans qu’on se connaissait, avec une tape dans le dos, rigole-t-il. On se parle pendant un bon bout, et je réalise après qu’on ne se connaissait même pas.»

En avoir pour son argent

Cet amour pour le public se ressent aussi en tournée. À la fin de chaque spectacle, l’humoriste se fait un point d’honneur de faire un rappel et de tenir une séance d’autographes. C’est d’ailleurs grâce à ces petits moments d’improvisation qu’il a constitué une bonne partie de ce nouveau one-man-show.

Toujours fidèle à lui-même, c’est un Philippe Bond raconteur qui est de retour sur scène dans ce spectacle de près de deux heures. «Dans mon premier spectacle, je parlais beaucoup de ma famille; je voulais que les gens me connaissent. Avec le deuxième, je raconte plus mes premières fois: mon premier show, ma première job (pas toujours payante quand on commence comme humoriste), et mes premiers amis d’enfance», décrit-il.

Entre deux fous rires, c’est aussi un Philippe Bond en réflexion que retrouve le public. Avec un regard plus mature qu’avant, il aborde son célibat en toute honnêteté. «Je me remets plus en question, confie-t-il. Je me dis, j’ai trente-six ans, je suis toujours célibataire. J’ai hâte de me caser et d’avoir des enfants.»

Les billets sont disponibles à la billetterie du Théâtre Desjardins, située au 1111, rue Lapierre, à LaSalle, ou par téléphone au 514-367-6373 #1. Pour toute autre information, visitez le www.theatredesjardins.com

Aussi dans Messager week-end :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!