Publireportage
Cayo Coco, et ses plages extraordinaires, est la deuxième destination la plus courue de Cuba, après Varadero.

Cuba vient de recevoir le tout premier AFAR Travelers’ Choice Award pour le plus bel endroit à visiter en 2017 et Cayo Coco pourrait bien y avoir contribué.

À l’époque coloniale, l’île était l’abri privilégié des pirates contre les ouragans. Ensuite, elle fut immortalisée par la publication posthume de l’œuvre Îles à la dérive de Ernest Hemingway qui s’y était réfugié pendant la Seconde Guerre mondiale et après.

Des milliers de Canadiens s’envolent annuellement vers cette destination pour profiter de ses 22 kilomètres de plage de sable blanc, bordant des eaux turquoise chaudes et tranquilles. Les plongeurs s’enthousiasment pour ce qu’ils trouvent autour des récifs au nord de l’île. Les ornithologues quant à eux sont attirés par les quelque 200 espèces d’oiseaux qui y vivent, incluant 30 000 flamants roses, les spatules rosées et les todiers multicolores.

Située au nord de Cuba, elle est la quatrième plus grande île du chapelet d’îlots de Jardines del Rey, qui en compte 2 500 et qui, à son tour, fait partie de Sabana-Camagüey, le plus grand archipel, long de 250 km. Cayo Coco a emprunté son nom à l’ibis blanc que les Cubains appellent l’oiseau coco et cayo en espagnol signifie «îlots bas et sablonneux». Les palmiers et les palétuviers couvrent l’île qui est végétalisée sur 85% de sa surface. Au moins une douzaine de lieux de séjour, situés près de la mer, offrent leurs services dans toutes les fourchettes de prix. Une route en remblai de 17 km a été construite en 1988 d’un bout à l’autre de Bahía de Perros et relie les îles à la terre ferme. Le premier hôtel a été érigé au début des années 1990 et la construction n’a pas cessé depuis.

Les fameuses plages sont au nord de l’île et sont parsemées de nombreux restaurants qui proposent des plats authentiques pour ceux et celles qui veulent s’éloigner de la nourriture des hôtels. Le repas le plus populaire est évidemment le homard grillé. Lenny’s Bar & Grill, situé à la Playa Prohibida, au centre de Cayo Coco, est l’un des plus fréquentés.

Cayo Coco offre aux touristes en quête d’aventures plusieurs sports nautiques dont la pêche en haute mer, la rencontre des dauphins, les croisières en bateau à fond de verre ou en catamaran grâce auxquelles on peut s’adonner à la plongée libre sur le récif corallien. Il s’agit certainement d’une activité à ne pas manquer.

Le récif est situé au nord de Jardines del Rey, à des profondeurs de 2 à 40 mètres et long de 20 km. Quatre centres de plongée bouteille offrent de visiter une vingtaine de sites. Les plongeurs peuvent apercevoir plusieurs variétés de poissons, dont le poisson-perroquet, le vivaneau à queue jaune, l’anémone, la langouste et le poisson-ange royal.

Pour ceux qui préfèrent les aventures terrestres, et qui n’ont pas besoin d’un guide, presque tout Cayo Coco peut être exploré en mobylette ou en auto. Au Parque Natural el Bagá d’une superficie de 769 hectares, plus de 130 espèces d’oiseaux peuvent être observés de même que des tortues, des crocodiles et des alligators. Pendant la journée, le centre d’escalade Rocarena représente aussi une activité intéressante. Les noctambules aimeront danser dans la grotte naturelle de La Cueva Del Jabali et refaire leurs forces le lendemain au Acuavida Spa Talaso.

En plus des plages splendides et des endroits pour se sustenter à Cayo Coco, il y a beaucoup à faire pour profiter de cette portion de l’auténtica Cuba.

Le logement est sur le point d’être augmenté. En effet, Pullman Cayo Coco ajoutera une nouvelle aile de chambres qui représentera un lieu remarquable de services haut de gamme. En tout, plus de 3 000 chambres ouvriront d’ici avril 2017.

La collecte d’information sur Cuba se révélera dorénavant plus facile. En effet, Tourisme Cuba travaille actuellement à la mise à niveau de son site Web. Celui-ci se voudra plus informatif, interactif et convivial, y compris sur les appareils mobiles. Le site comprendra également une carte interactive que les usagers pourront télécharger pour ensuite la consulter hors ligne.

 

Aussi dans Publications spécialisées :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!