Publications spécialisées
Gouvernement du Canada Le Cambodge est l’un des pays où le Canada a pris part aux missions de maintien de la paix.

Il y a plus de 60 ans, un Canadien a eu une idée révolutionnaire pour traiter les conflits violents à travers le monde.

Au milieu d’une situation tendue et dangereuse au canal de Suez, Lester B. Pearson, alors secrétaire d’État aux Affaires extérieures (et futur premier ministre canadien), a organisé une intervention collaborative et pacifique qui a changé le cours de l’histoire.

Cette première mission de paix des Nations Unies, mise sur pied par M. Pearson, a finalement aidé à résoudre la crise de Suez et a valu à M. Pearson le Prix Nobel de la paix en 1957.

Avant que ces missions de paix ne deviennent pratiques courantes pour l’ONU, plusieurs pays ont grandement souffert de la dévastation engendrée par les conflits mondiaux. Environ 1,7 million de Canadiens ont servi leur pays pendant les deux guerres mondiales et la guerre de Corée et Anciens Combattants Canada précise que plus de 110 000 Canadiens y ont laissé leur vie.

À la suite de ces conflits, plusieurs nations, y compris le Canada, ont concentré leurs efforts à essayer de prévenir les guerres avant même qu’elles n’éclatent.

L’héritage de Lester B. Pearson
Lorsque le conflit a éclaté en Égypte en 1956 pour le contrôle du canal de Suez, Lester B. Pearson, alors secrétaire d’État aux Affaires extérieures, a proposé qu’une force armée des Nations Unies intervienne dans l’espoir de rétablir la paix et de prévenir une autre guerre mondiale.

Puis, une chose remarquable s’est produite. L’ONU a décidé d’adhérer à la vision de M. Pearson. Elle a envoyé le tout premier contingent armé de Gardiens de la paix en Égypte, lequel portait le désormais emblématique casque ou béret bleu indiquant que ses membres se trouvaient là à des fins pacifiques et non à titre de combattants. Le rôle de ce contingent consistait à fournir aux forces des Nations Unies des services liés au transport, aux communications, à l’approvisionnement et au soutien en matière de santé.

Ce déploiement de l’ONU s’avérait l’une des premières missions de paix à laquelle participaient les forces canadiennes. Un mouvement mondial s’ensuivit et, pendant les décennies suivantes, le Canada a acquis une solide réputation de gardien de la paix sur la scène internationale.

L’histoire du maintien de la paix
Au cours des quelque 60 dernières années, plus de 125 000 Canadiens ont participé à des dizaines de missions de paix internationales dans plus de 35 pays différents.

Depuis leurs efforts novateurs en Égypte il y a tant d’années, le personnel des opérations de soutien de la paix des Forces armées canadiennes (FAC) a aussi été appelé à servir en plusieurs endroits comme en Syrie, Somalie et Haïti, à Chypre, au Congo, au Rwanda et dans les Balkans, et plus encore. Souvent, ces personnes sont envoyées au cœur de situations dangereuses et politiquement complexes, là où un conflit n’est pas encore terminé, comme ce fut le cas à Sarajevo au début des années 1990.

La mission des Gardiens de la paix canadiens étant de faire respecter les droits de la personne, cela exige un très haut degré de compétence et de formation ainsi que d’immenses sacrifices personnels, particulièrement en zone de guerre. Quelque 130 Canadiens sont morts lors de ces missions, et plusieurs autres en sont sortis meurtris à la fois physiquement et mentalement.

«Réconciliation»: Le monument au maintien de la paix à Ottawa rend hommage à ces braves individus et comporte une inscription des mots de M. Pearson : «Nous devons agir non seulement afin de mettre fin à la guerre, mais aussi pour rétablir la paix… Mon gouvernement serait heureux de recommander la participation canadienne à une force internationale des Nations Unies.»

Les Canadiens se rassemblent chaque année autour de ce monument le dimanche le plus près du 9 août pour commémorer la Journée nationale des Gardiens de la paix. En plus du jour du Souvenir du 11 novembre, cette journée spéciale permet d’honorer les anciens Gardiens de la paix canadiens et ceux tombés en mission.

Le rôle du Canada aujourd’hui
Les FAC participent encore activement aux efforts de maintien de la paix. Grâce à environ 68 000 membres réguliers et 27 000 réservistes, les effectifs militaires du Canada conduisent des missions de maintien de la paix et de la sécurité au pays et à l’étranger.

Au cours de la seconde moitié du 20e siècle, le Canada s’est fait remarquer, à l’échelle mondiale, comme une nation dévouée au maintien de la paix. À partir des réalisations de Lester B. Pearson jusqu’aux efforts consentis de nos jours par les membres des FAC, ou par d’autres personnes assumant des rôles de sécurité ou diplomatiques, le Canada a acquis une renommée internationale à titre de fervent défenseur de l’amitié entre les nations.

Le jour du Souvenir 2018 marque le 100e anniversaire de l’armistice mettant fin à la Première Guerre mondiale le 11 novembre 1918. La journée nous rappelle l’important rôle qu’a joué le Canada dans l’histoire des conflits mondiaux, et qu’il continue de jouer dans la lutte pour la paix.

Aussi dans Publications spécialisées :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!