Publications spécialisées

Il n’y a pas de mois plus occupé que décembre. Le magasinage des fêtes, la cuisine, les réceptions, les échanges de cadeaux, les activités des enfants durant le congé, les échéances à respecter au travail, les tempêtes de neige à combattre, et j’en passe!

Imaginez maintenant qu’en plus de tout cela, vous ayez une migraine.

Imaginez-vous dans un tourbillon d’activités, par un jour frénétique de décembre, où vous devez vous arrêter tout d’un coup. C’est une chose qui peut arriver. Et la cause en est – la très reconnaissable migraine. Bien plus qu’un simple mal de tête, la migraine est une maladie neurologique invalidante qui, dans bien des cas, empêche complètement la personne atteinte de fonctionner durant des jours.

Malheureusement, cette situation est la réalité de millions de Canadiens – près de 3 millions d’entre eux sont touchés par la migraine. La personne atteinte ne sait jamais quand un facteur déclenchant mettra en branle le processus invalidant de la migraine.

«Vivre avec des migraines, c’est comme vivre sans jamais savoir quand vous serez frappé d’une crise qui vous mettra K.-O. durant plusieurs jours», de dire Louise qui vit ainsi depuis la fin de son adolescence. «Vous planifiez toute une série de tâches que vous voulez effectuer dans la journée – au travail et à la maison, ou durant un mois très occupé comme décembre – puis boum! «Vous sentez poindre la migraine et vous comprenez que vous n’accomplirez pas grand-chose de ce que vous aviez prévu de faire. Ou encore, vous ne pourrez pas prendre part à une activité à laquelle vous aviez projeté de participer, ou pire, votre absence décevra d’autres personnes. Lorsque je suis frappée par une migraine, toute ma vie en est perturbée, et il devient si difficile de s’acquitter des tâches quotidiennes, alors que pour les autres, cela va de soi.»

Louise n’est pas seule. Et de loin. Plus de 90% des gens touchés rapportent qu’ils sont incapables de travailler ou de fonctionner lorsqu’ils ont une migraine. Au Canada, selon les épisodes de migraines déclarés, c’est 7 millions de jours de travail qui sont perdus chaque année à cause des migraines, et ce chiffre est probablement inférieur à la valeur réelle. La migraine, en tant que maladie, n’est souvent pas reconnue et n’est pas diagnostiquée dans la moitié des cas.

En général, les migraines font leur apparition à l’adolescence ou au début de l’âge adulte. Les plus hauts taux de prévalence au Canada s’observent chez les personnes comme Louise dans la trentaine et dans la quarantaine Les femmes sont plus de deux fois plus susceptibles que les hommes à déclarer avoir des migraines.

Bien que la migraine soit parfois causée par certains facteurs déclencheurs comme les conditions météorologiques, le stress ou certaines odeurs, il est en général impossible de prévoir le moment où une crise de migraine frappera. Divers facteurs déclencheurs sont souvent à éviter durant les fêtes : sauter des repas, s’exposer à la lumière vive ou au bruit intense, et se retrouver dans un état de déshydratation.

Les difficultés liées aux migraines sont présentes à l’année, mais subir une crise de migraine durant la période des fêtes est encore plus éprouvant. Si vous vivez avec des migraines et redoutez qu’elles ne se manifestent au cours du mois, il peut être utile d’en apprendre davantage sur cette maladie et d’en parler aux personnes de votre entourage afin qu’elles soient plus en mesure de comprendre ce que vous vivez. Pour en savoir plus, visitez le site parlonsmigraine.ca ou allez à MigraineQuebec.com.

Aussi dans Publications spécialisées :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!