Publireportage
Getty Images/iStockphoto Young couple standing back to back

La voie rapide vers le marché du travail
Leur DEC (diplôme d’études collégiales) en poche, certains finissants des cégeps prennent la route de l’université alors que d’autres prennent directement celle du marché du travail. Ces derniers, titulaires d’un DEC technique, possèdent tous les outils nécessaires afin d’entreprendre une carrière dans leur domaine d’études. Et ça, les employeurs le savent! Les chiffres ne mentent pas, après leur formation, les diplômés du secteur technique du cégep tendent à trouver du travail rapidement.

«Plusieurs programmes techniques sont peu connus des étudiants et pourtant ceux-ci offrent d’excellents domaines d’études qui mènent à une variété d’emplois pour lesquels les salaires et les conditions sont particulièrement avantageux comme par exemples les programmes du secteur des communications graphiques ou du secteur du génie électrique» soutient Mme Isabelle Morin, directrice adjointe des études aux programmes et à l’enseignement au Collège Ahuntsic. Par exemple, selon les plus récentes statistiques, le programme 243-C0-Technologie de l’électronique industrielle offre un taux de placement des diplômés de 94% et le salaire initial supérieur est d’environ 24,40$/heure. Plus de 30% des finissants de cette technique poursuivent des études universitaires en génie. D’une manière ou d’une autre, il s’agit d’une belle carrière qui s’amorce.

Une formation conçue à partir des réalités du marché du travail
Si les diplômés du cégep sont très demandés par les employeurs, c’est en grande partie parce que la formation qu’ils ont complétée correspond aux réalités du marché du travail. «Tout au long de leurs études, les étudiants de programmes techniques complètent les cours de formation générale, mais également des cours de formation spécifique liés à leur programme d’étude. Ils ont ainsi la chance de développer les compétences requises dans leur domaine et surtout de les déployer en contexte simulé ou réel selon le cas. Ces programmes misent énormément sur l’enracinement des savoir-faire dans la pratique professionnelle. C’est la raison pour laquelle les programmes techniques proposent aux étudiants, de manière plus pointue qu’au secteur préuniversitaire, de multiples occasions d’expérimenter et de manipuler par des activités d’apprentissage plus concrètes» note la directrice adjointe des études aux programmes et à l’enseignement.

«Et selon les installations nécessaires pour offrir un enseignement concret dans un cadre réaliste, certains programmes techniques sont à «sites uniques ». C’est-à-dire qu’ils sont uniquement offerts dans certains cégeps. Il est donc important que l’étudiant s’informe adéquatement en visitant les sites web des cégeps, en participant aux diverses portes ouvertes ou élève d’un jour ou autres activités de sensibilisation offertes», recommande Mme Morin.

Les stages, une expérience hors pair
Les stages obligatoires dans certains programmes permettent de préparer les futurs travailleurs aux réalités du métier. Cette expérience est très prisée des employeurs. Il n’est pas rare d’ailleurs qu’après un stage, les candidats se voient offrir un emploi dans l’entreprise qui les a accueillis.

Ces expériences professionnelles sont des phases importantes de la formation technique. Elles permettent aux étudiants de tester, d’évaluer et de confirmer l’intérêt pour un domaine particulier. Il s’agit également d’occasions de découvrir des facettes du métier jusqu’alors insoupçonnées. Les stages sont formateurs et très révélateurs pour les futurs techniciens.

Faire son entrée sur le marché du travail ou à l’université?
«Le programme technique, d’une durée de six sessions – soit 3 ans –, est un peu plus long qu’un DEC préuniversitaire-soit de 2 ans-. Par contre, l’accès au milieu professionnel est très rapide. À la suite de leurs études collégiales, les étudiants des programmes techniques possèdent la formation nécessaire pour entrer en toute confiance sur le marché du travail» souligne la directrice adjointe des études aux programmes et à l’enseignement. «Ils peuvent également poursuivre leurs études à l’université et même bénéficier de certains programmes passerelles à l’intérieur desquels une institution peut créditer jusqu’à une année d’université (30 crédits) grâce à leurs cours collégiaux. Ces étudiants peuvent alors travailler dans leur domaine et acquérir de l’expérience professionnelle, tout en poursuivant leur apprentissage à travers des études supérieures.»

«J’ai complété le programme Techniques de l’électronique, option Ordinateurs et réseaux au Collège Ahuntsic. J’ai eu la chance de faire un stage incroyable. On m’a même offert un emploi à la fin de ce dernier!» — Jason

«Une fois ma formation en Techniques de réadaptation physique terminée, j’ai trouvé un emploi dans une clinique de physiothérapie pendant l’été. J’étais surprise de trouver un bon emploi si facilement!» — Yasmina

«J’ai fait la Techniques de santé animale en alternance travail-études au Collège Lionel-Groulx. J’avais donc des expériences de stage pertinentes sur mon C.V. en sortant du cégep. Cette formation m’a permis d’obtenir l’emploi de mes rêves!» — Pierre-Éric.

Ne manquez pas la suite de ce reportage dans le cahier Éducation du 18 février prochain. Vous en apprendrez plus sur la «Le placement après le cégep».

L’admission au cégep – Comment faire?
Tout candidat qui désire être admis dans un programme de DEC dans un cégep membre du SRAM doit présenter une demande d’admission par Internet sur le site. La procédure est simple: il suffit de remplir un questionnaire en ligne et de répondre aux exigences indiquées à la fin du questionnaire afin de compléter votre dossier dans les délais requis. Toutes les opérations peuvent être effectuées en ligne.

Pour plus d’informations sur les programmes d’études collégiales et le processus d’admission, consultez le site.

Faites vite
Il est possible de soumettre votre demande d’admission dès maintenant pour la session d’automne 2015. Rendez-vous sur le site. Ne tardez pas afin d’être en mesure de compléter votre dossier avant la date limite du 1er mars, 23h59. Les dossiers qui n’auront pas été complétés à cette date ne seront pas traités pour le 1er tour des admissions, ce qui obligera les candidats à faire un nouveau choix de programme et de cégep parmi les places restantes.

Ne manquez pas la suite de ce reportage dans le cahier Éducation du 18 février prochain. Vous en apprendrez plus sur la «L’emploi après les études techniques».

Aussi dans Publications spécialisées :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!