Collaboration spéciale Cette robe prototype a été créée à l’Université d’Utrecht.

Et si la microbiologie contribuait à rendre la mode plus verte? Pendant un an et demi, une designer a développé un textile biodégradable à partir de mycelium (blanc de champignon), nommé MycoTEX, dans son labo de l’Université d’Utrecht, aux Pays-Bas. Trois questions à Aniela Hoitink.

Est-ce vrai que les pièces faites de champignon ne durent que deux ans?
La surconsommation augmente constamment et, dans cette culture du porter-jeter, nous ne réparons plus rien. Pourquoi ne pas établir notre production textile sur ce principe en confectionnant des vêtements qui sont 100 % biodégradables et qui ne durent qu’un ou deux ans? De cette manière, nous pourrons toujours acheter de nouvelles choses et jeter les vieilles sans ajouter à la montagne de pertes textiles, sachant que 40 % de tous les textiles produits ne sont jamais vendus.

Comment avez-vous fabriqué le premier prototype, une robe dont tout le monde parle?
J’ai commencé par faire croître du mycelium dans des boîtes de Petri. La croissance est exponentielle; après deux semaines, c’était prêt à être récolté. Ensuite, je l’ai laissé mariner dans un autre liquide, puis j’ai assemblé les disques de mycelium sur un buste de femme. En séchant, ils collent ensemble.

Est-ce qu’on peut déjà porter des vêtements faits de champignons?
Pour le moment, ce n’est pas assez solide pour être porté dans la vie de tous les jours, car le textile se déchire facilement. L’odeur n’est pas non plus encore au point, car il dégage une petite odeur de champignon, mais nous allons y remédier. Ce premier prototype sert à présenter le matériau. La prochaine étape est de rendre MycoTEX plus résistant et d’y ajouter d’autres propriétés.

Adaptation : Jessica Dostie

Aussi dans Spécial vert :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!