Publireportage

Frappé durement par la récente dégringolade du dollar canadien, un grossiste de Lachine me demandait récemment s’il devait tout de même envisager d’augmenter le salaire de ses employés. Et si oui, dans quelle mesure?

Une récente étude du Groupe Hay Limité réalisée auprès de 526 entreprises canadiennes démontre que les employeurs prévoient offrir en moyenne des augmentations de 2,4 % en 2016.

Les résultats pour le Québec et la région de Montréal sont très similaires à ceux observés à l’échelle nationale. Aussi, seulement 6 % des entreprises prévoient geler leurs salaires l’an prochain.

Récompenser les meilleurs

Une fois le budget d’augmentation fixé pour une entreprise, le but n’est pas d’accorder le même pourcentage à tous les employés. Au contraire, cette approche démotive les meilleurs employés et encourage les moins performants à demeurer en poste le plus longtemps possible.

Une bonne pratique est d’attribuer une augmentation valant jusqu’au double du budget (p. ex. 5,0 %) et d’accorder les augmentations les plus élevées aux meilleurs éléments :
• Les employés les plus performants
• Les talents de haut niveau et les employés prometteurs pour la relève
• Les employés en progression importante dans leur rôle
• Les employés payés beaucoup moins que le marché

Augmenter tout le monde?

Le reste de l’enveloppe, s’il en reste, devra être réparti entre les autres employés.

Notons qu’il est normal que le tiers, voire même jusqu’à 50 % des employés, ne reçoive pas d’augmentation. Enfin, si l’enveloppe salariale s’avérait insuffisante pour assurer de garder les meilleurs éléments, le facteur individuel de la bonification pourrait contribuer à la réalisation de cet objectif.

Aussi dans Sud-Ouest Affaires :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!