Il nous arrive parfois de regarder une voiture et nous dire : « le devant de la voiture est absolument magnifique, mais son derrière est hideux ». S’ensuit habituellement une discussion interminable qui vise à assembler deux voitures différentes et s’imaginer un résultat à couper le souffle!

Peter Harris, un mécanicien de voitures modifiées du Nevada, a décidé de réaliser un projet pour le moins inusité : relier le devant d’une Jaguar E-Type 1968 au derrière d’un Cadillac Eldorado 1972. Le résultat est discutable…

La petite histoire débute il y a une trentaine d’années alors que Peter Harris se retrouve pris avec une Jaguar E-Type en très mauvais état. À l’origine, l’objectif était de réparer la voiture et de lui refaire une beauté. Avec une voiture si puissante, Harris n’a pas été en mesure de reconstruire une transmission suffisamment performante pour supporter la Jaguar. Après de nombreux échecs, la voiture a pris le chemin du garage et Harris s’est retroussé les manches.

En 2009, Harris a cessé de voir l’intérêt de conserver les pièces et le look original de la E-Type. Il a donc conservé le devant de la Jaguar et changé tout le reste. Actuellement, cette voiture (si on peut toujours l’appeler ainsi) possède les phares avant d’une Ford Taurus, le derrière d’une Cadillac Eldorado et les sièges d’une Datsun 240Z. Quel gâchis…

Actuellement, la voiture est aux enchères. Son propriétaire évalue son projet à 80 000 $ US. Vous n’avez plus qu’une question à vous poser. À un tel prix, faites-vous l’acquisition d’une voiture rafistolée vieille d’une trentaine d’années ou bien une F-Type coupé 2017? Personnellement, le choix est plutôt simple!

Aussi dans Automobile :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!