Cette année, le Guide de l’auto a eu la chance d’assister au sommet mondial de la mobilité durable. Cet événement rassemble une tonne de grands noms du monde de l’automobile, mais aussi une foule de projets tous plus intrigants les uns que les autres. L’objectif est simple : partager la vision de tout un chacun concernant l’avenir de la mobilité durable.

Dans le cadre de ce rassemblement, nous avons eu la chance et l’honneur de nous entretenir avec des gens exceptionnellement intéressants. Andreas Klugescheid, chef des relations gouvernementales chez le constructeur allemand BMW, m’a longuement parlé de l’engouement du monde des affaires et des gouvernements pour l’évolution des technologies liées au développement durable.

Comme beaucoup de gens, je croyais au contraire qu’il y avait une réticence légale et financière profonde face à l’arrivée de ces nouvelles technologies. Klugescheid croit au contraire que ces aspects sont secondaires. Il semblerait que les gouvernements et les investisseurs privés sont si enthousiastes que le législateur s’adaptera en fonction de l’offre du marché. Rien de moins!

En fait, les gouvernements du monde entier ont compris l’ampleur du problème que les grandes villes rencontrent. Ils démontrent donc un fort intérêt au marché de transport durable.

Par ailleurs, nous avons également eu l’opportunité de discuter avec Ursula Mathar, vice-présidente du développement durable et de la protection de l’environnement chez BMW. Selon ses dires, la qualité de son département repose sur la capacité à réfléchir et créer hors des sentiers battus. Comme nos amis les Espagnols disent : « Think outside the box ».

Pour tout vous dire, le budget de son équipe est extrêmement mince. Elle ne fait pas de Recherche et Développement, son rôle consiste en fait à mettre en place des mesures qui pousseront le constructeur à suivre ses engagements tout en faisant tomber des murs. Autrement dit, tout part d’une idée, d’une vision.

Leur conception du transport de demain est simplement fantastique! Selon eux, l’avenir du transport ne passe pas par le type d’énergie ou de véhicule, mais bien par les deux! La vision de Klugescheid et Mathar repose presque exclusivement sur l’efficacité énergétique. Par exemple, tous leurs projets impliquant le département du développement durable visent à diminuer de moitié les dépenses énergétiques. Depuis 2006, ils ont réduit la consommation énergétique de leur chaîne de production de 48%, augmenté l’utilisation obtenue par les énergies renouvelables de 58% et investi près de 400 millions de dollars dans la formation des employés. De plus, on a assisté au développement de la série i, dorénavant bien connue pour sa i8.

Cela dit, j’ai été très déçu de voir qu’autant de projets sont entrepris par BMW et qu’ils sont si peu connus. Leurs études portent sur un sujet qui offre un potentiel énorme quant à l’avenir du transport. Pour les prochaines années, BMW prévoit continuer à réinventer le futur de la mobilité. Fière de ses 100 ans d’existence, elle se tourne vers l’avenir avec de beaux défis. Disons seulement qu’elle part ce nouveau siècle d’un bon pied!

Aussi dans Automobile :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!