On en a parlé abondamment et soyons franc, c’est loin d’être la fin! Les voitures volantes fascinent et apeurent. Sommes-nous réellement à l’aube d’une telle technologie? À vrai dire, les technologies se développent, les essais s’accumulent et les échecs deviennent tranquillement des succès. La semaine dernière, la start-up américaine Terrafugia a annoncé qu’elle mettra en marché sa première voiture volante fonctionnelle dès 2019. Effectivement, 2019, c’est demain!

Le géant chinois Geely, propriétaire de Volvo et, tout récemment de Lotus, a acquis Terrafugia, fondée en 2006 et qui tente de réaliser ce rêve de mettre en marché la première voiture volante entièrement fonctionnelle. Avec un nouvel appui de taille comme celui de Geely, on peut aisément s’imaginer que les possibilités de réussir ce défi sont grandes.

Selon les créateurs du projet, un tel véhicule est un défi technologique et financier. Puisque le véhicule doit être sécuritaire tant dans les airs que sur les routes, les matériaux utilisés ne peuvent pas être de piètre qualité. Chez Terrafugia, on estime que le prix du bolide se situera entre 300 000 $ et 400 000 $, rien de moins! Une fois décollé, l’autonomie du véhicule avoisinerait les 600 km. Il afficherait aussi une vitesse de pointe de 160 km/h et pourra atteindre une altitude maximale de 3 300 mètres.

En ce qui concerne ses qualités sur la route, on ne nous donne que très peu de détails. Tout ce qu’on sait pour le moment, c’est que le véhicule disposera des performances nécessaires pour rouler sur l’autoroute.

Cela étant dit, le débat est toujours bien animé lorsqu’il est question de voitures volantes. Certains y croient dur comme fer en brandissant l’argument que, tout comme l’automobile, le prix et les performances des voitures se perfectionneront au profit des consommateurs. D’autres font plutôt l’autruche et refusent de croire qu’une telle technologie puisse devenir accessible et sécuritaire. Comme bien d’autres technologies, seul l’avenir nous dira comment cette histoire évoluera. Patientons.

Aussi dans Automobile :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!