Cette semaine, le débat concernant la sécurité des cyclistes à Montréal a été relancé suite au décès d’un jeune cycliste happé par un automobiliste malveillant. Certains médias ont remis en doute le système de sécurité routière entier dans la grande métropole. Et si nous vous disions que, parfois, la solution est bien plus simple qu’une refonte complète du système?

En Islande, dans la ville d’Ísafjörður, on a utilisé l’art de rue pour faire ralentir les automobilistes. On peint sur l’asphalte une traverse piétonnière de manière à lui donner une perspective en trois dimensions. Ainsi, lorsque les automobilistes approchent l’intersection, ils sont plus à l’affût des piétons.

Apparemment, cette idée proviendrait de l’Inde et plus précisément de la ville d’Ahmedabad. Comme dans la ville d’Ísafjörður, on y a installé des passages piétonniers en utilisant l’art de rue. Résultat? Il aura fallu un peu plus de six mois avant qu’il n’y ait un accident.

Au Québec, nous avons en revanche un artiste bien connu qui utilise l’art de rue pour divertir. L’artiste montréalais Roadsworth, alias Peter Gibson, vagabonde d’un pays à l’autre et utilise des intersections plus ou moins achalandées pour y peindre des œuvres d’art éphémères de style ludique et tape-à-l’œil.

La mode des intersections artistiques n’est pas nouvelle. Oui, l’Inde a été un précurseur en la matière, mais l’artiste bulgare Christo Guelov a également pris d’assaut les routes de Madrid en 2016 en y peinturant des formes géométriques colorées qui illuminent les routes de la ville espagnole.

Bref, il ne faut parfois qu’une idée toute bête pour atteindre ses objectifs. En Islande, l’art de rue a eu des impacts insoupçonnés sur la sécurité des piétons et des cyclistes. Cette solution est peut-être applicable pour les intersections à Montréal, qui sait?

Aussi dans Automobile :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!