Malgré la surveillance policière et les nombreuses campagnes de sensibilisation, une écrasante majorité de Canadiens estiment que le problème des textos au volant va en s’aggravant, révèle un sondage de l’Association canadienne des automobilistes (CAA). Plus de quatre Canadiens sur cinq (83%) croient en effet que ce phénomène est pire qu’il y a trois ans.

« En dépit des lois contre les textos au volant adoptées par toutes les provinces et des campagnes de sensibilisation étalées sur plusieurs années, les conducteurs ne semblent toujours pas comprendre le message », déplore Jeff Walker, gestionnaire stratégique principal du bureau national de la CAA.
L’alcool et les textos au volant arriveraient désormais ex æquo à la tête des préoccupations des Canadiens en matière de sécurité routière, indique le sondage de la CAA. Pas moins de 96% des répondants ont affirmé que les conducteurs qui textent au volant sont une menace pour la sécurité. La CAA prend le pouls des Canadiens sur la sécurité routière depuis des années : texter au volant est apparu dans le palmarès des 10 principales sources d’inquiétude en 2011, et près de sept ans plus tard, les Canadiens trouvent que ce comportement dangereux n’a fait que s’intensifier.

« Les études ont établi qu’une personne qui texte au volant a 23 fois plus de chances d’avoir une collision », confirme M. Walker. « Nous devons tous impérativement déposer nos appareils et nous concentrer sur la route. »

D’autres sources de distractions inquiètent aussi de plus en plus les Canadiens – citons notamment les courriels au volant, les conversations par cellulaire, et le fait de parler ou d’interagir avec les technologies intégrées aux véhicules.

Le sondage de la CAA a été mené en novembre dernier auprès de 2 003 Canadiens. Un échantillon probabiliste de même taille aurait conduit à une marge d’erreur de ± 2,19%, 19 fois sur 20.

Aussi dans Automobile :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!