Amine Esseghir/TC Media Fait rarissime, les élus d'Ahuntsic-Cartierville ont eu une prise de bec au moment de voter leur budget 2017, mais dans une salle du conseil quasiement vide.

Le budget de 2017 de l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville a été adopté par quatre élus sur cinq lors d’un conseil extraordinaire le 3 octobre. La conseillère d’Ahuntsic, Émilie Thuillier, élue de Projet Montréal, s’y est opposée. Selon elle, il satisfait d’abord aux demandes de l’administration Coderre avant de répondre aux besoins des citoyens.

La conseillère d’Ahuntsic, qui est également leader de l’opposition à l’hôtel de ville s’en est surtout prise à la politique du maire Coderre. Pour elle, le budget de l’arrondissement est réparti en fonction des exigences de la ville-centre qui décide à quoi allouer les montants. «Les employés de l’arrondissement doivent donc faire des miracles pour faire correspondre les contraintes de la Ville avec notre budget d’arrondissement», souligne-t-elle.

Le budget équilibré de près de 54 M$ est établi alors que de nombreuses missions sont dévolues depuis une année à la ville-centre. Par ailleurs, la mise en application du Plan quinquennal de main d’œuvre a réduit les effectifs de l’arrondissement et réduit du même coup les sommes alloués aux salaires. L’arrondissement a aboli 22 postes en trois ans.

«Nous sommes maintenant au troisième budget de coupes d’employés imposées par l’administration Coderre et la situation est de plus en plus difficile à gérer», relève Mme Thuillier. Elle juge ces coupes de personnel totalement arbitraires, inégales entre les arrondissements et justifiées uniquement par l’introduction de la technologie dans la gestion de la ville.

«Les ordinateurs sont peu efficaces pour remplacer des émondeurs, des inspecteurs en bâtiment ou pour planter des arbres», observe-t-elle. Pour l’élue de Projet Montréal, la Ville a réduit le personnel pour réaliser des économies et a réduit au même moment la qualité de services aux citoyens.

«La municipalité est une entreprise de services aux citoyens, dit-elle. Je considère que l’arrondissement n’a pas à sa disposition tous les moyens pour donner de bons services à la population et c’est pourquoi j’inscris ma dissidence sur ce budget.»

Politique?
Le conseiller Pierre Desrochers a souligné qu’à quelques mois des élections, il était normal que les partis politiques affichent leurs positions. Selon lui, le budget répond aux exigences de la ville-centre, mais il est fait en fonction des besoins de la municipalité sans avoir à aller puiser un surplus de financement dans les poches des citoyens.

«Nous avons fait le choix de ne pas augmenter les taxes ni de créer de taxes locales, ce qui a été fait ailleurs», assure-t-il. Allusion à la décision prise par les élus de Projet Montréal dans l’arrondissement du Plateau de créer la «taxe Coderre» pour augmenter les revenus. Ces surplus permettent entre autres de recruter du personnel.

«Je ne peux pas voter contre un budget comme celui-là alors que je vois les résultats que nous avons obtenus», a soutenu Harout Chitilian, conseiller de Bordeaux-Cartierville. Pour lui, le budget s’additionne au Plan triennal d’immobilisation (PTI) qui a permis de nombreuses réalisations.

L’arrondissement a fait l’acquisition d’une bâtisse pour plus de 4,6 M$ pour en faire un centre communautaire. Il va se doter d’une nouvelle patinoire réfrigérée et a lancé la construction d’un chalet unique en son genre à Montréal, legs du 375e de Montréal.

Pour le maire Pierre Gagnier, le budget voté est dans le prolongement des précédents. «C’est le septième budget équilibré en ligne que nous votons», rappelle-t-il.

Aussi dans Actualités :

Dû à un problème technique relié à la publication de publicités sur notre site web, nous avons temporairement désactivé la zone de commentaires sur le site web. En attendant que le problème soit réglé, nous invitons les lecteurs à faire leurs commentaires via notre page Facebook, soit directement sur notre mur, ou en message privé. Merci de votre compréhension et merci de nous lire!