Archives/TC Media Il y a trois bibliothèques à Ahuntsic-Cartierville dont celle d'Ahuntsic, adossée à la maion de la culture. Aucune ne participe au programme de prêt d'instruments de musique.

Aucune bibliothèque d’Ahuntsic-Cartierville ne participe à l’opération de prêt des instruments de musiques lancée cette semaine à Montréal. Pourtant, l’arrondissement dispose de trois établissements de lecture publique, dont un accolé, à une maison de la culture.  La mise en place du prêt en libre-service serait en cause.

Après des livres, des DVD et des CD, il est maintenant possible d’emprunter gratuitement des instruments de musique dans plusieurs bibliothèques de Montréal, une première au Québec.

Huit des 45 établissements du réseau offrent depuis le 24 octobre, une centaine d’instruments aux abonnés, dont des guitares, des violons, des tambours et des claviers grâce au programme Fier de favoriser l’accès aux arts, de la Financière Sun Life.

En plus des instruments neufs, l’entreprise a fait don à la Ville de Montréal d’un montant de 108 860$ pour leur entretien.

Sur cette opération, Ahuntsic-Cartierville n’est pas de la partie. «Les bibliothèques d’Ahuntsic-Cartierville sont en période de réorganisation dans le cadre du libre-service. L’arrondissement a fait le choix de bien réaliser ces travaux en y consacrant l’énergie et le temps requis et n’a pas souhaité à ce moment-ci aller de l’avant avec un nouveau projet», indique Émilie Miskdjian , chargée de communication.

Pourtant les bibliothèques de l’arrondissement ont été souvent à l’avant-garde quand il s’agit d’innover. On peut citer à ce propos l’introduction des jeux vidéo depuis plus de trois ans. Par ailleurs, l’installation des bornes de libre-service est terminée depuis avril dans les bibliothèques de Cartierville et d’Ahuntsic. Seule celle de Salaberry proposera le libre-service cet hiver.

Dans les grandes villes
Par cette opération Montréal marche sur les traces des métropoles canadiennes. «Le programme est implanté à Toronto depuis avril dernier et à Vancouver depuis juin, indique Robert Dumas, président de la Financière Sun Life, Québec. Pour nous, la pratique d’un instrument devrait être accessible à toute personne, quel que soit ses moyens financiers.»

Pour effectuer un emprunt, il suffit de présenter une carte abonné adulte. «La durée de l’emprunt est de trois semaines. Il peut être renouvelé jusqu’à trois fois, si l’instrument n’est pas réservé», précise Michel Allard, bibliothécaire à Georges-Vanier, établissement où a eu lieu le lancement lundi.

Vivre sa passion
Il y avait de la grande visite lors du lancement du programme alors que Jeff Stinco, Sébastien Lefebvre et Chuck Comeau, des membres du célèbre groupe montréalais Simple Plan, ont salué cette possibilité pour les citoyens d’avoir un accès unique à des instruments.

Le maire de Montréal, Denis Coderre, se réjouit également de ce geste posé pour démocratiser la pratique d’un instrument. «Ça envoie un message de lutte contre les iniquités. À Montréal on peut vivre pleinement nos passions», affirme-t-il.

(Avec André Desroches)

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus