Tout au long du mois de mars, les organismes communautaires d’Ahuntsic, des commerçants et divers acteurs locaux prendront part à des actions pour lutter contre la faim.

«Cela prendra différentes formes, des offres de coupons rabais, des dégustations, des distributions de recettes, on essaye surtout de faire participer le plus de personnes possibles à notre initiative», indique Michèle Boisclair, de la table de quartier Solidarité Ahuntsic.

Mme Boisclair a entre autres la responsabilité d’animer le chantier sécurité alimentaire.

L’organisme veut convier notamment des commerçants de la rue Fleury à s’associer à son action intitulée: mois de la solidarité alimentaire.

Pour préparer cet événement, un atelier d’information pour les intervenants communautaires se tiendra le 20 février. Le chantier s’est doté de nombreux outils qui peuvent être utiles à ceux qui aident les personnes à mieux se nourrir.

«Il ne faut pas se contenter de fournir des aliments, on doit aussi proposer des recettes de cuisine, des conseils pour mieux se nourrir à peu de frais», signale Mme Boisclair.

Cet atelier sera aussi l’occasion de présenter toutes les ressources en alimentation. Cela va d’un marché mobile aux épiceries de dépannage en passant par les jardins communautaires.

Par ailleurs, le site Web sera aussi lancé pour l’occasion. Ouvert à tous il compile beaucoup de ces outils pour mieux gérer son frigo.

Aider les familles pauvres à bien se nourrir est un des enjeux majeurs dans le quartier. Ahuntsic est considéré comme un secteur aisé alors que selon les chiffres synthétisés par Solidarité Ahuntsic plus de 10 000 personnes ont eu recours aux secours alimentaires dans l’arrondissement en mars 2013. On a compté pas moins 1257 repas servis par les organismes communautaires du quartier durant ce même mois.

Une étude menée par Solidarité Ahuntsic en 2010 par le Comité santé et bien-être Ahuntsic indiquait que 6% des élèves du secondaire ne mangent pas parfois en raison d’un manque de nourriture ou d’argent.

Une enquête effectuée par le chantier sécurité alimentaire montre que 95% des usagers des services d’aide d’Ahuntsic considèrent que leur faible revenu et le prix des denrées sont les difficultés majeures pour se nourrir adéquatement.


Les chiffres de la faim

La population immigrante représente 36% des 79 000 habitants d’Ahuntsic. En 2011, 9% des résidents du quartier, soit 7305 personnes, étaient arrivés au pays depuis moins de cinq ans.

Plus de 70% des usagers des services de dépannage alimentaire sont issus de l’immigration.

Selon les statistiques populationnelles des services de santé et de services sociaux, les familles immigrantes sont particulièrement touchées par la pauvreté dans le quartier, car 41% d’entre elles vivent sous le seuil de faible revenu.

On peut ajouter 4145 familles monoparentales avec 5900 enfants à charge.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!