Collaboration spéciale L’institut Pacifique, un organisme à but non lucratif (OBNL), veut mettre à niveau et agrandir ses bureaux vétustes. Selon sa direction au moins de 230 jeunes participent chaque semaine aux différentes activités organisées dans ses locaux.

Le projet d’agrandissement de l’Institut Pacifique pourra se faire sans opposition du voisinage. Personne ne s’est déplacé pour demander l’ouverture d’un registre de signatures pour exiger un référendum. Le délai s’est achevé le 2 mars, à 17h.

Le projet d’agrandissement de rénovation de cet OBNL spécialisé en éducation fait face à l’opposition des riverains qui redoutent la perte du cachet résidentiel de leur quartier. Il nécessitait plusieurs dérogations pour les dépassements autorisés de la hauteur, l’alignement et les usages notamment.

Une première consultation publique avait été convoquée en septembre 2016, mais seules deux personnes s’y étaient présentées. Les voisins inquiets avaient lancé alors une pétition pour demander une nouvelle séance d’information. Cette importante mobilisation avait convaincu les élus de reporter le vote en deuxième lecture du projet.

Des rencontres ont été organisées par l’Institut Pacifique pour écouter les inquiétudes du voisinage et pour refaire les dessins. Le projet revu et corrigé avait reçu l’avis favorable du comité consultatif d’urbanisme (CCU). Comme le bâtiment est situé dans un secteur patrimonial, le conseil du patrimoine avait indiqué préférer la première version, mais était satisfait de la seconde.

Opposition calmée
Malgré tout ce chahut, il n’y a pas eu une nouvelle mobilisation des riverains pour obtenir et retarder, voire bloquer le projet contesté.

«Plusieurs ont préféré ne pas demander de référendum parce que le travail de l’Institut auprès des enfants du quartier est apprécié et surtout par crainte que si l’Institut était obligé de déménager, le prochain projet qu’on nous présenterait serait encore pire que celui-ci», a indiqué Wedad Antonius, une citoyenne qui a été très active pour mobiliser ses voisins.

Elle redoute toujours que la valeur des résidences soit réduite et que la qualité de vie soit perturbée dans le quartier.

«L’Institut nous a fait, toutefois, la promesse de nous proposer des modifications afin de préserver l’intimité des voisins. Nous espérons qu’il la tiendra», dit-elle. Amère, elle conclut: «En fait, l’expérience nous a montré que les règlements ne nous protègent pas, puisque les élus peuvent y déroger.»

L’institut Pacifique œuvre depuis plus de 40 ans au développement de solutions pour contrer l’intimidation chez les jeunes. Il met en place des programmes et des services pour accroître les compétences en matière de résolution de conflits et de médiation auprès des jeunes du préscolaire au secondaire. Ses programmes sont reconnus par l’UNESCO et sont implantés annuellement dans près de 500 écoles, au Québec, au Canada, en Europe et aux États-Unis.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!