Amine Esseghir/TC Media Naouel Allouche et Anca Niculicioiu considèrent que la dimension écoresponsable de la friperie est négligée.

Offrir une tendance vintage dans une friperie de quartier c’est ce que tente de faire un OBNL en créant les produits Trésors d’Émilie. Cette boutique itinérante et en ligne propose depuis quelques semaines des vêtements, de la vaisselle, des meubles et divers objets sous l’angle vintage ou lifestyle.

L’entreprise Cartier Émilie située à l’angle des rues Lachapelle et du Bocage veut dépoussiérer la friperie.

«Depuis longtemps nous essayons de mettre en valeur les dons de vêtements de grande qualité et quasiment neufs», indique Anca Niculicioiu, directrice de cet organisme de charité.

Cette nouvelle vie offerte à ces produits peut également intéresser une clientèle qui n’est pas forcément la première à vouloir mettre les pieds dans une friperie.

«Il y a une tendance vintage et lifestyle écologique qui est très suivie par les jeunes», assure Naouel Allouche. Cette diplômée en gestion est spécialisée en commercialisation de la mode, le Fashion Marketing. Elle a rejoint la friperie Cartier Émilie il y a peu.

«Il suffit parfois de combiner des verres blancs et une carafe verte pour créer un ensemble original, dit-elle. En sélectionnant les objets divers on peut ainsi créer des mariages heureux.»

Cela vaut pour les manteaux et les sacs, les chaussures et les vêtements, les meubles et les accessoires.

Les produits sont mis en valeur sur Instagram. Photo: Collaboration spéciale/Naouel Allouche

Sur la toile
Pour se faire connaître, Mme Allouche use et abuse des médias sociaux. «Nous utilisons Facebook et Instagram parce que la clientèle que nous ciblons est dessus», confie-t-elle.

Le but à terme est de lancer une boutique en ligne efficace. Mais déjà les Trésors d’Émilie voyagent un peu partout à Montréal.

«Nous faisons des expositions-ventes, une des dernières a eu lieu au Café Aquin, le café étudiant de l’UQAM, parce que nous savons que les étudiants n’ont pas beaucoup d’argent, mais veulent bien s’habiller ou bien s’équiper et ont une sensibilité écoresponsable en général», confie-t-elle.

La boutique a pris part également au bazar Les Intemporelles à Villeray, un événement regroupant des collections vintage et favorisant la consommation écoresponsable et l’achat local.

«Tout cela est destiné à donner des moyens pour continuer notre mission sociale», indique Mme Niculicioiu. Elle mise aussi sur les Trésors d’Émilie pour encourager les gens à donner.

«Les donateurs savent ainsi que nous prenons soin de leurs objets et que ceux-ci méritent une seconde vie», signale-t-elle.

Pour être encore plus dans l’ère du temps, Mme Niculicioiu veut intéresser des blogueurs de mode ou de tendance qui pourraient dénicher le sujet de leur prochaine chronique parmi les objets, vêtements ou meubles.

Photo: Archives/TC Media

Mission sociale

Cartier Émilie est un organisme à but non lucratif qui vient en aide aux personnes démunies. Tous les mercredis, les familles monoparentales, les personnes souffrant de maladies mentales et les immigrants arrivés depuis moins de quatre mois peuvent aller chercher meubles et vêtements dont ils ont besoin. L’organisme vend à des prix défiants toute concurrence la majorité des objets et une partie est offerte gratuitement aux gens dans le besoin. Le reste de la semaine la boutique est ouverte à tous.

.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!