Amine Esseghir/TC Media La rivière des Prairies est surveillée de près à Ahuntsic-Cartierville alors qu'on craignait que les crues printanières n'engendrent de graves inondations.

La rivière des Prairies est sous surveillance depuis le début de la semaine. Les crues printanières font craindre une montée importante des eaux et l’inondation des résidences à proximité des berges à Cartierville. Un avis a été distribué aux riverains pour les avertir des mesures à prendre en cas d’urgence.

«Nous avons quelques rues à surveiller et nous le faisons 24h sur 24 et sept jours sur sept depuis un peu plus d’une semaine», souligne Louis Lapointe, directeur des travaux publics de l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville.

Des digues et des sacs de sable ont été déployés pour contrôler le niveau du fleuve au bout de cinq artères qui donnent sur les berges de la rivière des Prairies, situées à l’ouest de l’arrondissement. Il s’agit des rues Leblanc, Olivier, Crevier, Cousineau et Notre-Dame-des-Anges où l’eau a carrément débordé sur l’asphalte.

Dans l’avis distribué aux résidents, il est demandé de préparer une trousse d’urgence pour s’assurer une autonomie de 72 heures et d’évacuer les objets stockés au sous-sol qui pourraient être endommagés.

En cas d’inondation, il est requis de quitter le domicile si le niveau d’eau l’oblige ou si les autorités l’exigent.

Le chalet du club de canotage de Cartierville, situé au bout de la rue Crevier a été envahi par les eaux et l’accès à la piste cyclable à proximité a été fermé au public

Les membres du Groupe uni des éducateurs-naturalistes et professionnels en environnement (GUEPE) dont les bureaux sont accessibles par la rue Crevier n’ont pas pu rejoindre leurs locaux le 21 avril.

«Tout le personnel est en télétravail, relève Pascal Lynch-Caron, responsable des communications de cet organisme. Mais seul le chemin est inondé. Les locaux ont été épargnés.»

Pour faire face à toute urgence, les services de l’arrondissement sont en contact permanent avec le centre de sécurité civile de la Ville de Montréal.

«Que ce soit le Service de sécurité incendies, la police ou les services de la ville, tout le monde est sur le pied de guerre dans ce genre de situation», assure M. Lapointe.

Cette vigilance est maintenue tant que les crues sont menaçantes.

Dans les relevés du 21 avril, le débit était de 2811 mètres cubes par seconde alors que le seuil d’inondation est de 2700 mètres cubes par seconde, toutefois on observait que le niveau était en baisse.

«Nous avons eu un mois d’avril historique, note M. Lapointe. Au 20 avril, il y a eu13 jours de pluie. Le dernier record enregistré était de 11 jours.»

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!