Collaboration spéciale Alors que l’eau s’est retirée de certaines rues de Cartierville, les résidents commencent à déblayer leurs sous-sols inondés.

La baisse notable du niveau de l’eau de la rivière des Prairies qui a débordé sur une quinzaine de rues et quatre parcs à Cartierville a annoncé le retour des sinistrés à leurs domiciles. Toutefois, avant de pouvoir retrouver leurs maisons, de nombreux résidents doivent d’abord passer par la phase de nettoyage et de rénovation.

Depuis le début de la crise Harout Chitilian, conseiller de Bordeaux-Cartierville passe ses journées et parfois ses nuits auprès des résidents. Alors qu’il visitait les rues où l’eau s’est retirée, il constate que les difficultés qui suivent les inondations ne font que débuter.

«Même si les gens ne peuvent pas encore retourner habiter chez eux, ils commencent à déblayer et retirer les meubles et autres biens touchés par l’eau», indique-t-il.

Trois camions sillonnent les rues de Cartierville trois fois par jour depuis le 12 mai pour collecter les déchets mis sur le bord de la rue par les citoyens qui nettoient leurs maisons. «Nous avons aussi mis à la disposition des résidents un maître électricien pour vérifier leurs installations électriques», dit-il.

Au-delà, de ces dispositions immédiates, l’élu local sait que le retour à la normale n’est pas une mince affaire. Les propriétaires se retrouvent devant des difficultés légales, notamment ceux qui louaient des appartements.

«Il y a des gens qui possèdent plusieurs maisons et louent des logements, mais ne sont pas incorporés, leurs biens sont considérés comme des résidences secondaires», relève-t-il. Une situation qui les exclut d’une compensation gouvernementale. Il assure qu’en tant qu’élu il va agir pour que Québec juge de ces cas particuliers.

Une séance d’information est programmée le 20 mai au YMCA de Cartierville par le ministère de la Sécurité publique sur les modalités de dédommagements du gouvernement.

Il y a aussi les situations des locataires qui étaient prises en charge par la croix rouge jusqu’au 15 mai. «Nous avons déjà trois cas de personnes qui ne pourront pas réintégrer leurs domiciles. Nous allons contacter l’Office municipal d’habitation de Montréal (OMHM).»

L’arrondissement doit aussi faire face aux dégâts dans le domaine public. Quatre parcs ont été inondés. Deux d’entre eux, les parcs Beauséjour et Belmont sont entièrement interdits au public.

Des dégradations ont été occasionnées aussi à la chaussée. «Nous allons évaluer les dégâts et chiffrer nos besoins pour les travaux de réparation nécessaires», assure M. Chitilian.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!