Archives/TC Media Le terrain mitoyen de l'église de la Visitation, acquis par un promoteur immobilier pourrait être intégré au domaine public.

Le terrain patrimonial près de l’église de la Visitation vendu à un promoteur immobilier devrait connaître un autre sort que de servir d’assiette à des condos si on en croit Denis Coderre, le maire de Montréal. Il a laissé entendre le 8 juin que la Ville allait prendre une décision importante à ce sujet.

M. Coderre s’exprimait lors du discours d’inauguration du nouveau chalet d’accueil du parcours Gouin, construit au parc Basile-Routhier, situé à moins de 20 minutes de marche du site en question.

Le terrain appartenait à la congrégation religieuse des sœurs de Miséricorde et a été cédé en mars pour 2M$ au promoteur Antonio Rizzo.

La transaction avait suscité l’inquiétude de nombreux défenseurs du patrimoine historique notamment la Société d’histoire d’Ahuntsic-Cartierville (SHAC) qui a lancé une pétition pour demander à la ville que le terrain revienne au domaine public.

On ne connaît pas encore le teneur de la décision du maire et des élus, mais on devrait le savoir très vite. «Je dis ce que je fais et je fais ce que je dis», s’est contenté de dire M. Coderre à TC Media, sans préciser ses intentions.

«On devrait connaitre la décision avant la Saint-Jean», a indiqué Lorraine Pagé, conseillère du Sault-au-Récollet. Elle a récemment signé la pétition de la SHAC.

Mme Pagé a rappelé que l’arrondissement avait demandé que des fouilles archéologiques soient menées sur le terrain et les élus se sont assurés qu’aucun développement ne puisse y avoir lieu avant de connaître les résultats des recherches.

Un rapport préliminaire des fouilles devrait être remis aux autorités en juin.

Conserver le site
«La seule décision intéressante que pourrait prendre la Ville serait de racheter le terrain et le mettre dans le domaine public», souligne Vincent Garneau, co-président de la SHAC.

Il comprend que le maire peut avoir plusieurs avenues, mais la seule intéressante serait de conserver l’espace dans son intégralité. Il cite à ce propos l’achat par la Ville du terrain des Religieuses hospitalières de Saint-Joseph de l’Hôtel-Dieu de Montréal situé au pied du mont Royal.

Acquis pour 15 M$, il sera préservé et valorisé et des projets seront développés en cohésion avec l’histoire du site.

«Si les vestiges du fort Lorette avaient été mis au jour, on n’aurait aucun problème à convaincre les autorités pour inscrire le site au patrimoine», assure M. Garneau.

Le terrain en question est situé au 12 375, rue du fort Lorette, mitoyen de l’église de la Visitation,

Pour la SHAC il possède un intérêt historique capital pour Montréal.

«L’endroit aurait été fréquenté par les Amérindiens, il y a entre 3000 et 4500 ans», écrit la SHAC. L’organisme rappelle aussi que des traces du fort Lorette pourraient y être enfouies.

«En 1696, les Sulpiciens choisissent l’endroit pour y déménager leur mission d’évangélisation du fort de la Montagne et y érigent le fort Lorette.»

Par ailleurs, des constructions des œuvres des religieuses de Miséricorde se sont succédé sur le même site.

 

Traces de fort Lorette sur une photo aérienne
Un avis de découverte archéologique a été déposé le 7 juin au bureau du ministère de la Culture du Québec à Montréal. Jocelyn Duff, architecte croit déceler sur photo aérienne datant de 1947 des races du magasin de munition du fort Lorette, démoli au début des années 1920, à l’ouest de l’église de la Visitation.

«L’emplacement du fort de pierre sur le terrain (aussi appelé « magasin de munitions » ou « armurerie »), semble avoir été épargné par la construction de la résidence Ignace-Bourget. Le potentiel archéologique est donc élevé pour retrouver les traces du fort», dit-il.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!