Amine Esseghir/TC Media Clara Noël, brigadière scolaire à la même intersection depuis 40 ans, a assuré la sécurité de milliers d'enfants tout au long de sa carrière.

Clara Noël, brigadière dans le district du Sault-au-Récollet depuis plus de 40 ans, a signé le 12 mars le livre d’or de l’arrondissement en reconnaissance de ses efforts pour le bien de la communauté. À cette occasion, les élus ont également souligné son dévouement, en tant que femme, à l’occasion de la Journée internationale des femmes, le 8 mars.

«C’est sûr que ça fait un petit pincement d’être ainsi reconnue», indique Mme Noël en entrevue avec TC Media.

Beau temps, mauvais temps, Mme Noël surveille pendant toute l’année scolaire la traverse des écoliers à l’angle des rues Sauvé et J.J. Gagnier, à Ahuntsic. «Je suis à la même intersection depuis 40 ans. J’ai eu quelques jours de maladie, mais c’est rare que je m’absente», dit-elle.

D’abord mère au foyer avec trois enfants, c’est lorsque son dernier est entré à la maternelle qu’elle a décidé de prendre un emploi. «Mon mari travaillait à la poste de nuit, moi le jour j’avais du temps, mes enfants étaient tous à l’école donc je suis allée travailler», raconte-t-elle.

À 72 ans, elle ne compte pas non plus s’arrêter. «Je ne suis pas prête. Il y a trois ans, j’ai pris une année sabbatique pour rester avec mon mari qui était à la retraite. Malheureusement, il est décédé cette année-là. Je me suis vite dit que rester à la maison pour regarder la télévision ou aller faire les magasins, ce n’est pas pour moi», résume-t-elle. Trois mois plus tard, elle reprenait son poste.

Au long de sa carrière, elle a eu quelques rares moments difficiles, mais particulièrement marquants. «La pire chose, c’était en 1987, un enfant qui traversait toujours avec moi avait décidé un jour de traverser près du boulevard Saint-Michel et il s’est fait frapper par une voiture. J’ai juste vu une boule dans les airs.»

L’enfant a dû passer deux ans à l’hôpital avant de pouvoir reprendre une vie normale.

Aimer les enfants
Mme Noël tire beaucoup de satisfaction de son emploi. «Travailler avec les enfants est une richesse, souligne-t-elle. J’aime les enfants et quand je les vois je suis bien.»

Elle est toujours là pour les élèves de l’école Notre-Dame-de-Pompéi et de l’école Atelier. «Ils savent que je les attends et ils viennent me voir s’ils sont mal pris. S’ils manquent des sous pour prendre le bus», relève-t-elle.

Parmi les milliers d’enfants qu’elle a aidés à traverser la rue, Jérôme Normand, actuel conseiller du district du Sault-au-Récollet, dans les années 1980. «Mais, ce n’est pas le seul. J’en vois beaucoup d’autres qui aujourd’hui ont de grands enfants.»

Même si elle apprécie l’hommage qu’elle a reçu, elle voudrait que tous les brigadiers soient reconnus pour le travail qu’ils font. «J’ai l’impression parfois que nous sommes un petit peu oubliés. J’espère qu’ils vont se souvenir des autres.»

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!