Archives/Métro Media Le pont de l'A19, construit en 1969 est un point d'accès important à Montréal. Il draine un important flux de de circulation qui cause un bruit incessant pour les riverains.

Des riverains de l’A19 et du pont Papineau-Leblanc ont déposé un mémoire aux élus pour attirer leur attention sur le bruit dans le Sault-au-Récollet. Ils rappellent qu’une étude effectuée en 1994 avait estimé que les niveaux de bruits des véhicules qui traversent le pont sont au-delà des normes acceptables en milieu urbain et suggéraient déjà la construction d’un mur anti-bruit pour protéger les résidents.

«Nous militons aujourd’hui pour un écran acoustique végétalisé pour qu’il s’intègre dans le milieu naturel et patrimonial», assure Martin Desmarais, résident du Sault-au-Récollet et animateur du groupe citoyen Action citoyenne Île de la Visitation (ACIV).

Il a présenté un mémoire avec le soutien de deux de ses voisines devant les élus d’Ahuntsic-Cartierville le 11 juin et a reçu un appui franc du conseil d’arrondissement.

«Pour le moment, on nous parle de mesures d’atténuation. Ce ne sont que des band aid», observe-t-il.

Pour lui, il y a urgence à réduire le bruit qui ne fera qu’augmenter. «C’est un bourdonnement incessant», prévient-il.

Un vieux projet
En février 1994 une pétition de 1200 citoyens avait été déposée par les représentants des associations du Bassin Étienne-Brulé et de l’Île de la Visitation pour réduire le vacarme des automobiles et des camions qui passent par le pont Papineau-Leblanc.

Cette demande avait connu un parcours conséquent au point où la réalisation d’un mur anti bruit avait été sérieusement envisagée par le maire de Montréal de l’époque Jean Doré. Le projet avait été maintenu par le maire suivant, Pierre Bourque.

Toutefois, revirement de situation en mars 1995, le projet est mort au feuilleton dès qu’on a remis en question le type d’écran acoustique.

Alors que l’on débat encore du type de parachèvement de l’autoroute 19, pour M. Desmarais cela ne change rien à la situation.

«Que ce soit une autoroute ou un boulevard urbain, l’accroissement de la circulation de transit continuera à percoler au travers Ahuntsic pour joindre Papineau ou Christopher-Colomb», note-t-il. Le groupe fait des démarches pour être écouté par les différents élus.

«Nous comptons aussi sensibiliser les candidats aux élections provinciales et voir s’ils nous soutiennent», dit M. Desmarais. Une pétition serait aussi bientôt lancée pour demander des solutions réalisables selon les réponses qu’il obtiendra des élus.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!