Amine Esseghir/Courrier Ahuntsic Les organismes de Bordeaux-Cartierville devront quitter le centre communautaire loué sur le boulevard Henri-Bourassa Ouest dès que l'ancien centre d'hébergement des sœurs de la Providence sera fonctionnel. Ce sera leur deuxième déménagement en quelques années.

L’arrondissement renouvèlera le bail de location du centre communautaire de Bordeaux-Cartierville alors que celui-ci arrive à échéance le 31 juillet. La décision a été prise même si l’ancien centre d’hébergement des sœurs de la Providence, destiné aux organismes locaux, est toujours vide. Celui-ci ne peut être utilisé qu’après une mise aux normes à venir dans les mois prochains. Un retard qui pourrait coûter des dizaines de milliers de dollars.

Les organismes communautaires de Bordeaux-Cartierville logés au 1405, boulevard Henri-Bourassa Ouest ne devraient pas déménager de sitôt. «Le propriétaire du 1405, Henri-Bourassa Ouest et la direction de l’arrondissement discutent actuellement des conditions et du terme de la prolongation du bail», a assuré Jean-François Desgroseilliers, directeur de cabinet de la mairesse et des élus d’Ahuntsic-Cartierville.

C’est en soi une bonne nouvelle pour les organismes de Bordeaux-Cartierville qui savent qu’ils ont toujours des bureaux même si leur bail arrive à échéance. «L’objectif est de convenir d’un nouveau bail dont la durée et les conditions conviendront à toutes les parties», a souligné M. Desgroseilliers. Une fois un accord trouvé, les élus voteront la somme allouée à cette prolongation de bail.

Il faut savoir que le bail actuel a été signé en 2013, quasiment dans l’urgence, pour un montant de plus de 1,6M$.

Marge de manœuvre 
Il y a cinq ans, les organismes communautaires étaient établis dans une école désaffectée située au au 2005, rue Victor-Doré, appartenant à la Commission scolaire de Montréal (CSDM). Cette situation avait durée 20 ans avant que le bâtiment ne soit récupéré par son propriétaire.

L’arrondissement n’avait pas d’autres alternatives que d’aller sur le marché locatif pour trouver rapidement un bâtiment pouvant recueillir le maximum d’organismes qui risquaient de se retrouver à la rue.

Toutefois, la situation actuelle est différente. En juin 2016, la Ville de Montréal a été convaincue d’acheter l’ancien centre d’hébergement des sœurs de la Providence à 4,6 M$, un prix quatre fois plus bas que sa valeur foncière, pour en faire un centre communautaire.

L’édifice de 8000 m² sur la rue Grenet, doit accueillir un centre culturel et communautaire et une bibliothèque. L’arrondissement met aussi la main sur la magnifique chapelle décorée par le sculpteur Québécois Charles Daudelin, précurseur de l’intégration de l’art dans l’espace public.

«Notre plan de match est d’offrir aux organismes qui sont logés au 1405, Henri-Bourassa Ouest de s’installer au nouveau Centre culturel et communautaire de Cartierville dès qu’il sera prêt pour les accueillir», a indiqué M. Desgroseillers.

Retard
Toutefois, même si le transfert de propriété de l’immeuble des sœurs de la Providence a été effectué, l’édifice n’est pas encore prêt à être utilisé. «C’est bien beau d’avoir un bâtiment, mais il faut faire les plans et devis, il faut évaluer ce qu’il faut faire pour les mises aux normes avant de faire rentrer les organismes, avait mentionné Émilie Thuillier, mairesse d’Ahuntsic-Cartierville, en entrevue avec le  Courrier le 3 juillet. Le travail n’a pas été fait et il faut appuyer sur l’accélérateur maintenant.»

Une critique à peine voilée à l’adresse de l’ancienne administration qui a causé ce retard. Les élus ont voté le 3 juillet un budget de 100 000 $ puisés sur les réserves de l’arrondissement pour affecter un gestionnaire immobilier à cette tâche.

«Un des premiers mandats de ce nouveau gestionnaire immobilier est d’établir un échéancier pour les différentes étapes du projet, dont le transfert des organismes communautaires», a précisé M. Desgroseillers.

Le bâtiment des sœurs de la Providence est situé au cœur du secteur de revitalisation urbaine intégrée (RUI), il devrait contribuer de manière effective à créer un pôle culturel et de loisirs dans ce coin de Cartierville qui en a cruellement besoin.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!