(Photo : Sylvain Gagnon) Les feuilles mortes se sont accumulées alors que de forts vents ont accéléré leur chute et que les cols bleus étaient appelés pour des travaux de béton sur les infrastructures.
Les feuilles s’amoncellent dans les rues et les citoyens sont verts de colère. Ils ne s’expliquent pas pourquoi cette année on a pris autant de temps à les ramasser. Plusieurs facteurs sont en cause selon les responsables locaux, dont les dispositions légales sur les contrats publics.

« Nous avons accusé un certain retard, reconnaît Louis Lapointe, directeur des travaux publics de l’arrondissement. Une partie de nos employés ont été mobilisés pour la réfection des trottoirs et d’autres infrastructures. » L’arrondissement n’a pu octroyer de contrats à des entrepreneurs en construction puisque depuis décembre 2012, les entreprises de travaux publics, qui veulent effectuer des travaux pour les municipalités, doivent obtenir une autorisation préalable délivrée par l’autorité des marchés financiers (AMF). Une disposition introduite par la loi sur l’intégrité en matière de contrats publics votée par l’Assemblée nationale à la suite des révélations de la commission Charbonneau sur l’octroi de marchés publics, notamment par la ville de Montréal.

« Nous avons toutefois effectué le ramassage sur 40 % du territoire et nous comptons terminer toute l’opération d’ici la fin du mois de novembre ou au plus tard dans la première semaine de décembre », espère M. Lapointe. Il relève aussi que son département est sous pression alors que l’on doit absolument tout déblayer avant l’hiver pour ne pas retrouver les feuilles dans la neige au moment du déneigement.

Raisons techniques

La collecte des résidus verts et des feuilles mortes est organisée en fonction de 21 zones qui se suivent selon un ordre de priorité. « On prend en compte le nombre d’arbres par zone, mais aussi les essences », précise-t-il. En fait, on ramasse plus vite là où les feuilles tombent le plus et en premier.

Les vents forts qui ont soufflé au début du mois ont fait tomber plus de feuilles, partout sur le territoire. Pour M. Lapointe, la collaboration des citoyens a aussi eu pour effet une augmentation des déchets à ramasser. Il en veut pour preuve les 50 220 kg collectés au printemps 2012, multipliés par trois cette année. On a ramassé 115 300 kg de résidus ce printemps.

Pour combler le retard, l’arrondissement a mis les bouchées doubles dès que les travaux de béton ont été achevés, à la mi-octobre. Les employés travaillent sur deux quarts de travail de 9 h, 7 jours sur 7. On a également mobilisé 14 engins en tous genres, dont 3 aspirateurs à feuille. La particularité de ces appareils est qu’ils déchiquettent les feuilles, ce qui réduit le volume à charger.

« C’est un virage important pour la collecte des résidus verts. On va vers le développement durable et la gestion des matières résiduelles. Cela amène beaucoup de contraintes et les efforts sont à faire de part et d’autre », indique-t-il. À ce propos, il souligne que l’on veut diminuer le nombre de voyages de transport de 20 %, dans un souci de réduction de circulation des camions et d’émission de Co2.

Le virage sous-entend aussi le respect d’une nouvelle réglementation, notamment la collecte des feuilles dans des sacs en papier.

La distribution gratuite de sacs en papier se poursuit

Les citoyens d’Ahuntsic-Cartierville peuvent encore se procurer des sacs de résidus verts en papier aux trois points de service de l’éco-quartier Ahuntsic-Cartierville. Ce sont 3600 autres sacs de résidus verts qui sont disponibles au bureau Accès Montréal (BAM), situé au 555, rue Chabanel Ouest, bureau 600.

L’arrondissement a distribué 40 000 sacs en papier initialement, confectionnés cette année pour les besoins de la collecte des résidus verts, 20 000 avaient été directement distribués aux résidents et le reste réparti entre le BAM et les trois points de service de l’éco-quartier Ahuntsic-Cartierville.

La distribution des derniers sacs en papier se poursuivra jusqu’à épuisement du stock.

Les trois points de service : – Boutique Lajeunesse : 10416, rue Lajeunesse. – Boutique de Salaberry : 5090, rue De Salaberry, bureau 102. – Boutique Fleury Est : 2331, rue Fleury Est.

Téléphone pour les trois boutiques : 514 447-6226.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!