Par stephanie.maunay@tc.tc

Lassitude, mécontentement, et même colère, les qualificatifs ne manquent pas pour résumer le sentiment des citoyens venus assister à la quatrième assemblée publique annuelle du Comité de circulation de Cartierville (CCC), le 17 juin, à la résidence pour aînés Rosalie-Cadron. À la sortie, la résignation se faisait sentir.

La ligne d’autobus 180 De Salaberry, qui rallie le boulevard Gouin à la station de métro Sauvé, a encore fait parler d’elle.

«Plus personne ne veut prendre cette ligne. J’ai attendu l’autobus 38 minutes l’autre jour, raconte Renée Viaud, qui a longtemps fait partie du CCC. Au début, on était quatre à attendre. À la fin, il n’y avait plus que moi»,

Mécontente, la directrice de la résidence Rosalie-Cadron a également réagi: «les résidents doivent attendre de longues minutes debout et parfois sous la pluie, car il n’y a pas d’abribus.», a-t-elle déploré.

Rien à court terme

Les deux représentants de la STM se sont dits conscients du problème.

«L’amélioration de la desserte sur De Salaberry est l’une de nos priorités. On travaillait sur plusieurs scénarios d’amélioration, malheureusement, il n’y a plus d’argent. Les budgets ont été gelés», rapporte, impuissant, Sébastien Gagné, conseiller à la STM.

Il a toutefois promis d’étudier la possibilité de changer le terminus de la ligne, et de voir pour la construction d’un abribus, en face de la résidence.

Chitilian choqué

Le conseiller de Bordeaux-Cartierville, Harout Chitilian, a fait connaître sa frustration.

«La bonification du service de la 180 est un dossier sur lequel j’ai travaillé pendant deux ans. Alors c’est triste, parce qu’à la fin on arrive avec la solution mais on a pas les fonds pour la mettre en place».

Il a demandé que les problèmes de gestion de la ligne soient résolus.

«Il y a des difficultés partout au niveau des finances publiques, mais ça n’excuse pas que ce service-là ne soit pas à la hauteur. Je demande à ce qu’on regarde pourquoi il y a des retards récurrents».

Souhaitant conclure sur une note positive, il a souligné que les projets arrivaient parfois à voir le jour, comme la navette Or.

«Sur ce dossier, les perspectives financières étaient meilleures. On a pu mettre en place ce service-là. Il répond pleinement au besoin de la population, au point même que l’on veut déplacer un arrêt vers l’hôpital Sacré-Cœur pour avoir moins de distance à parcourir.»

Une requête de certains citoyens qui demande à être étudiée.

A lire également:

Deux dos d’âne pour la rue Fréchette

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!