Solidaires face au projet de ruelle verte proposé par l’éco-quartier Ahuntsic-Cartierville, des résidents ont participé à la grande corvée de nettoyage du petit bout de rue, situé au sud de la rue de Salaberry. Des bénévoles et des membres de l’équipe de l’éco-quartier étaient également à l’ouvrage.

Située entre les rues Grenet et de Meulles, à Cartierville, la ruelle se faisait belle le 22 octobre. Munie de gants et de sacs-poubelles, la vingtaine de bénévoles s’est exécutée lors de cette matinée froide après avoir savouré un bon chocolat chaud.

La résidente Laura Santos, dont la ruelle donne derrière son immeuble, s’est engagée d’emblée dans cette activité. «Cette ruelle est trop sale, on devrait la nettoyer chaque six mois. J’ai dit à mes amies, on va faire quelque chose pour les enfants. C’est magnifique que l’éco-quartier prenne le temps pour réaliser ce projet», indique-t-elle.

La sécurité des enfants lui tient à coeur. «L’asphalte est abîmé, il y a des trous partout et quand il pleut, l’eau s’accumule dans le chemin. C’est dangereux pour les enfants.»

Mme Santos, elle-même, emprunte la ruelle à pied ou à vélo pour aller au parc par exemple. «C’est plus tranquille que la rue de Salaberry où il y a beaucoup de voitures.»

Une ruelle à s’approprier

Le projet consiste à enlever l’asphalte et installer deux bandes d’enroulement en béton pour laisser passer les voitures. Ces deux voies seront un peu plus larges que les roues d’une automobile. Tout autour, il y aura de la végétation. On parle d’environ une centaine de plantation d’arbres et d’arbustes. On souhaite également y ajouter des plantes indigènes et des vivaces.

L’éco-quartier a reçu 295 000$ de l’Institut national de santé publique du Québec pour cet aménagement contribuant à la lutte aux îlots de chaleur. Le coût total du projet est de 350 000$. D’autres bailleurs de fonds restent à confirmer.

La ruelle verte s’inscrit dans le projet de corridor vert à Cartierville comprenant d’autres aménagements, dont la halte verte au Centre Y Cartierville et le projet Bac-O-Balcon.

«On veut contribuer à diminuer la température et végétaliser le plus possible ce secteur, souligne Marc Sardi, chargé de projet en biodiversité urbaine à l’éco-quartier. On souhaite que cette ruelle soit plus accueillante et plus sécuritaire. On veut aussi améliorer l’éclairage et augmenter le sentiment d’appartenance.»

Pourquoi cette ruelle? «D’abord, il n’y en a pas beaucoup dans Cartierville et ce secteur est touché par les îlots de chaleur, explique Greicy Bialikamien de l’éco-quartier. On a découvert que beaucoup d’enfants jouaient dans cette ruelle. Le jour durant la saison estivale, il y fait très chaud. L’état de l’asphalte ne permet pas aux enfants de jouer de manière sécuritaire. On veut que les jeunes et les résidents puissent s’approprier cette ruelle», ajoute-t-elle.

Afin de mobiliser encore plus de citoyens autour du projet, une autre corvée sera organisée en avril juste avant l’aménagement de la ruelle en mai et juin.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus