En mai 2007 Laurent Gariépy ouvrait La Causeuse, premier vidéoclub de répertoire du quartier Ahuntsic. Cinq ans plus tard, le passionné de cinéma doit toutefois se rendre à l’évidence: n’étant pas assez rentable, l’entreprise située sur la rue Fleury Est, doit fermer ses portes. Toutefois, les 15 000 titres de la collection de La causeuse sont encore disponibles pour les mordus du 7e art, puisque l’équipe du club vient désormais livrer votre sélection à votre porte!

« À ma connaissance c’est un concept unique, affirme Laurent Gariépy, je sais qu’un club de Toronto achemine les films par la poste, mais une livraison en mains propres, je dois être le seul à offrir ça ». Couvrant un vaste territoire, de Pie IX à l’est au boulevard l’Acadie à l’ouest, de la rivière au nord jusqu’à l’autoroute métropolitaine au sud, le service de La causeuse dessert même quelques adresses à Laval: « le but c’est de rester fidèle à ma clientèle, assure M. Gariépy, les gens qui venait en boutique. De toute façon c’est mieux que les films soient vus plutôt que de les faire accumuler la poussière chez moi », conclut-il.

Pour commander un film le cinéphile n’a qu’à consulter le répertoire en ligne du vidéoclub. « Je n’ai pas encore eu le temps de tout archiver sur le site alors pour l’instant, seulement 650 titres sont listés sur internet, poursuit l’entrepreneur de 28 ans, mais en général les gens m’appellent pour commander un film, je connais ma collection par cœur et c’est plus rapide comme ça! ».

La révolution du numérique et la multiplication des plateformes comme Illico et autre Netflix ont transformé les habitudes des cinéphiles depuis quelques années. Plus besoin de se rendre à notre club vidéo de quartier pour visionner la plus récente nouveauté puisque nous pouvons l’avoir en quelques clics de télécommande. Voilà pourquoi les clubs vidéo peinent à rester ouvert. Mais dans ce contexte, le service offert par La causeuse se démarque: « Nos clients ne recherchent pas nécessairement la dernière nouveauté ou le plus récent blockbuster, ils veulent plutôt faire des découvertes ou revoir des classiques », confirme M. Gariépy.

Même si l’aventure n’est pas davantage rentable, l’objectif de La causeuse reste le même: rendre accessible des films de répertoire et les distribuer à prix compétitifs, car ultimement, l’important est de partager son amour pour le cinéma non?

Notons qu’une boite de retour de films a été aménagée au dépanneur faisant face à l’ancienne adresse de La causeuse. Située au 1570 Fleury Est, elle permet d’accommoder certains membres du club qui ne pourraient être présents lors du passage d’un livreur.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus