Les militants du Bloc québécois ont choisi leur nouveau chef, dimanche, donnant les rênes du parti à Daniel Paillé.

Seul non-élu à briguer le poste, M. Paillé a obtenu 61,28% des voix à l’issue d’un vote qui n’a pas attiré les foules. Un peu moins de 40% des membres en règle du parti ont décidé de profiter de leur droit de vote.

Malgré cette faible participation et la cuisante défaite du parti aux dernières élections fédérales, M. Paillé a vite rassuré ses troupes. «Le Bloc québécois est toujours vivant, et il faut regarder par en avant», a-t-il déclaré lors de son discours de victoire.

Il en a aussi profité pour critiquer le gouvernement Harper et rappeler que de nombreux fédéralistes sont de plus en plus inquiets quant à l’avenir du pays.

Le nouveau chef a également prédit que la lune de miel entre les Québécois et le Nouveau Parti démocratique tirait déjà à sa fin.

Maria Mourani bonne deuxième

La candidate députée d’Ahuntsic Maria Mourani a quant à elle obtenue 38, 72% des voix. Bonne joueuse, elle a rapidement appuyé la victoire de son rival.

Elle demeure très contente de l’appui qu’elle a obtenu au sein de son parti et dit avoir travaillé très fort tout au long de la campagne. «On est tout de même très content. On a une équipe qui a eu beaucoup de plaisir lors de cette course à la chefferie», a-t-elle confié au Courrier Ahuntsic. «Je sais maintenant que 39% des membres qui ont voté sont en faveur de mes idées.»

Un peu plus tôt cet automne, Mme Mourani avait posé sa candidature en proposant de véritables réformes au sein du parti. Elle souhaitait notamment que le Bloc rompe ses liens historiques avec le Parti québécois, de manière à se positionner comme le parti de tous les souverainistes et pas seulement des péquistes. Elle voulait aussi revoir la discipline de parti, qui au sein du Bloc est plutôt sévère, pour donner plus de liberté de parole aux membres.

Au plan politique, elle proposait aussi aux militants de demander le rapatriement du code criminel, de la caisse d’assurance-emploi ainsi que du registre des armes à feu.

Les idées de Mme Mourani n’auront peut-être pas convaincu une majorité de membres, mais reste qu’il s’agit pour elle – et pour de nombreux citoyens et militants – d’une voix à suivre pour l’avenir du parti et du Québec.

À savoir si la députée pourrait tenter sa chance à nouveau, elle a indiqué qu’il fallait vivre au jour le jour. «Mais je suis une femme jeune», a-t-elle ajouté. «L’avenir politique est devant moi!»

Faible participation

Seulement 39% des membres du Bloc ont décidé de participer au vote. Un chiffre qui peut faire sourciller, mais qui, selon Mme Mourani, est avant tout lié au mode de scrutin et aux communications internes.

«Plusieurs membres ignoraient qu’une course à la direction était en cours et plusieurs autres n’ont simplement pas reçu de bulletins de vote», explique-t-elle. «Il s’agissait aussi d’un scrutin postal et des analystes nous ont dit qu’un taux de participation de 40% est normal dans ce cas.»

Quoi qu’il en soit, la députée est tout de même bien consciente qu’un gros travail de reconstruction et de remobilisation est à faire pour relancer le parti.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus