Patrick Deschamps Vous avez sans doute déjà remarqué, en entrant sur l'île par le pont Papineau-Leblanc, que des pêcheurs se regroupent autour du bassin de l'Église de la Visitation pour y pratiquer leur activité préférée. Aux dires de certains, on y retrouve une grande variété de poissons de très bonne taille. Toutefois, le propriétaire du site, Hydro-Québec, y interdit formellement la pratique de la pêche.
Vous avez sans doute déjà remarqué, en entrant sur l’île par le pont Papineau-Leblanc, que des pêcheurs se regroupent autour du bassin de l’Église de la Visitation pour y pratiquer leur activité préférée. Aux dires de certains, on y retrouve une grande variété de poissons de très bonne taille. Toutefois, le propriétaire du site, Hydro-Québec, y interdit formellement la pratique de la pêche.

« Dans le bassin on trouve de tout, de la perchaude, du doré, des carpes, de la barbotte, de l’achigan, et même du brochet et des maskinongés », commente un pêcheur préférant garder l’anonymat et qui fréquente le bassin depuis plus de dix ans. « Quand j’ai commencé à pêcher ici, je n’aurais pas mangé mes prises. Je remets tout à l’eau, mais je remarque maintenant que les poissons ont l’air plus propre. Ça a changé », ajoute-t-il. Et selon les amateurs, les prises sont de bonne taille: « Justement, ce matin ma séance de pêche a été écourtée, il y en a un qui a avalé mon appât et qui a sectionné mon fil plombé », confie un deuxième adepte présent sur le site lors du passage du Courrier.

L’attrait principal du bassin de l’Église de l’île de la Visitation pour les pêcheurs vient des deux pertuis qui acheminent l’eau de la rivière au bassin à travers le barrage Simon-Sicard. À l’embouchure de ces ouvertures, les petits poissons arrivent dans le bassin dans un important remous, ce qui les étourdit en quelque sorte et en font des proies faciles pour les espèces prédatrices. C’est à ces endroits précisément que l’on retrouve les spécimens les plus susceptibles d’entretenir les histoires de pêche!

Pêche interdite

L’accès au site du bassin est toutefois en partie fermé par Hydro-Québec qui interdit formellement la pratique de la pêche sur sa propriété. Le porte-parole de la société, Jean-Philippe Rousseau est clair sur le sujet: « Il en va de la sécurité du public de respecter les consignes d’Hydro-Québec et de respecter la fermeture du site », a-t-il communiqué. En 2004, à la suite d’une regrettable noyade dans le bassin, une enquête du coroner avait recommandé la fermeture du site au public, recommandation qu’Hydro-Québec affirme avoir suivie. C’est notamment la raison pour laquelle l’accès a été fermé par des clôtures et une série de panneaux voyants stipulant clairement l’interdiction formelle d’accéder au site et de pêcher dans le bassin. M. Rousseau avise aussi qu’une patrouille de la société d’État a également été mise sur pied pour assurer la sécurité des lieux. Hydro Québec invite aussi les citoyens à leur communiquer des anomalies observées sur le site.

Pour les pêcheurs qui désirent continuer à taquiner le poisson de manière sécuritaire dans l’arrondissement, les berges de la rivière offrent d’intéressantes enclaves où, à la manière du bassin de l’Église, les prédateurs peuvent attendre leurs proies en amont du courant. Des endroits comme la rive du parc Belmont, où les piliers du pont Lachapelle créent les convoités remous, ou encore l’embouchure de la petite baie au parc Raimbault sont autant de lieux à considérer comme des emplacements de choix.

Pour signaler une anomalie sur une propriété d’Hydro-Québec, contactez le service d’urgence au 1-800-790-2424.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus